Chronique 83 : Geisha d'Arthur Golden

jeudi 11 juillet 2013

Couverture GeishaGeisha - Fiche
   
Éditions : Le livre de Poche
Titre VO : Memoirs of a geisha
Genre : Historique
Nombre de pages : 600
Prix :  7.50 €
Date de sortie : 1997

Quatrième de couverture, Synopsis : /!\ SPOILER

     À neuf ans, dans le Japon d'avant la Seconde Guerre mondiale, Sayuri est vendue par son père, un modeste pêcheur, à une maison de plaisir de Kyoto.

Dotée d'extraordinaires yeux bleus, la petite fille comprend vite qu'il faut mettre à profit la chance qui est la sienne. Elle se plie avec docilité à l'initiation difficile qui fera d'elle une vraie geisha. Art de la toilette et de la coiffure, rituel du thé, science du chant, de la danse et de l'amour : Sayuri va peu à peu se hisser au rang des geishas les plus convoitées de la ville. Les riches, les puissants se disputeront ses faveurs.

Elle triomphera des pièges que lui tend la haine d'une rivale. Elle rencontrera finalement l'amour...
Écrit sous la forme de mémoires, ce récit a la véracité d'un exceptionnel document et le souffle d'un grand roman. Il nous entraîne au cœur d'un univers exotique où se mêlent érotisme et perversité, cruauté et raffinement, séduction et mystère.   

L'auteur : 
    Arthur Golden est un écrivain américain né 1956 aux États-Unis. Il est diplômé d'Havard en art japonais, puis obtient une maîtrise en histoire du Japon.
Pas du genre modeste, il affirme à 40 ans faire parti des meilleurs auteurs de sa génération.
Néanmoins, son oeuvre la plus connue, Geisha, reste venue à plus de 4 millions d'exemplaires et est traduite en 32 langues. 




Mon avis : 
   J'avais énormément entendu parler de ce roman, et il traînait dans ma wish-list depuis un petit bout de temps. Un jour, je me rendis à EasyCash et j'ai eu l'énorme chance de tomber dessus ! Pour 1.99 € Ahah, quelle affaire !
Pourtant, ce n'est pas cet achat qui m'a permis de le lire : je manquais de motivation, et je m'étais donc fixée d'autres priorités. Ce qui m'a fait lire ce livre, c'est le Challenge Livra'deux pour Pal'Addict, avec Elsinka qui me l'avait choisi. Je l'ai donc commencé il y a quelques jours, et je l'ai terminé tout à l'heure. Cependant, alors que tout partait pour un coup de cœur, la seconde moitié a été plus laborieuse, et je me retrouve finalement avec un avis mitigé. 

     > L'histoire :
.   L'histoire s'étale sur toute une vie. Chiyo, petite japonaise de neuf ans, vit à l'intérieur de la "maison ivre" dans un petit village nippon. Sa mère tombe gravement malade, et se retrouve un jour vendue avec sa soeur, par son père désespéré, à un homme qui va les séparer. Chiyo sera alors amené à Gion, quartier regroupant des maisons de plaisirs -okiya- où Chiyo va suivre le difficile apprentissage pour devenir une geisha.
Je découperai le roman est trois parties. La première, regroupant les 200ères pages qui parle de l'enfance de Chiyo jusqu'à sa rencontre avec Mameha, illustre geisha et ses débuts. La seconde partie, à peu près d'une taille similaire, donne une vision plutôt jeune adulte de Chiyo (qui devient alors Sayuri) à travers le monde qui l'entoure. La troisième partie donne une image d'un monde sous la Seconde Guerre Mondiale et de l'âge adulte de Sayuri.
La première est ma préférée, ainsi que la seconde, tandis que j'ai eu énormément de difficultés sur la dernière, qui m'a ralenti dans mon élan.

     > Les personnages : 
     Tout d'abord, le roman possède son personnage principale : la narratrice. 
En effet, le récit est proposé à la première personne, et nous inclut dans les pensées les plus intimes de notre apprentie geisha. Chiyo est tout d'abord une enfant très sympathique. Nous faisons sa rencontre lorsqu'elle a neuf ans, et son innocence nous absorbe presque. Puis elle grandit, se retrouve loin de sa famille, et se doit vivre sous de terribles personnes qui nous feront elles-aussi frissonner. Et ici, Chiyo devenue Sayuri nous paraît plus forte, même si elle ne parvient toujours pas à tenir tête à des personnes aussi détestables, c'est bien dommage mais compréhensible.
La seconde personnalité qui m'a marqué est Hatsumomo, geisha terrible qui ne laisserait aucun obstacle sur son chemin. Elle nous met hors de nous, et j'ai ressenti un réel sentiment de colère envers elle. De plus, les mémoires de Sayuri et ses pensées influent sur notre perception.
Ensuite, Mameha, elle aussi geisha, m'a beaucoup marquée. Plutôt méfiante à son égard tout d'abord, je l'ai rapidement apprécié, et j'ai éprouvé une réelle affection envers elle.
Les personnages masculins sont tout de même présent, mais pas assez à mon goût pour avoir pu m'attacher à eux. 
    
    > Le ressenti :
     Comme je le disais plus haut, ce livre aurait pu être vraiment excellent si la fin ne m'avait pas déçue. Mais partons du début. 
Tout d'abord, je m'inquiétais un peu de la narration. Je n'avais jamais lu de romans type "mémoire" mais soyons d'accord, tout n'est que fiction ici. Cependant, cette lecture n'a pas été bien différente d'une autre, et est racontée le plus normalement. L'écriture est très belle, est fort sympathique. La source d'informations est énorme et nous donne tellement plus à savoir sur l'univers japonais des geisha ! Univers souvent peu connu et préjugé des occidentaux. Les geishas ne sont pas des prostituées (même s'il elles peuvent vendre leur virginité). 
Cependant, lorsque l'histoire prend une tournure de Seconde Guerre Mondiale, je m'y suis tout de suite moins intéressée. Et c'est ce qui a carrément brisé mon rythme, qui s'est tout juste relevé à la fin.
Concernant la fin, par ailleurs, je l'ai trouvé rapidement expédiée, se trouvant dans les cinquante dernières pages : sur 600, l'échelle est étrange.

 Pour résumer, une lecture très agréable, mais la troisième partie du roman m'a plus repoussée qu'autre chose, et c'est tellement dommage ! 
Cependant, l'immersion dans le roman est profonde et réelle et ce fut un bon moment de lecture.
Les personnages sont tous très intéressants, l'intrigue également. La tournure de l'histoire est vraiment agréable, mais comme je vous l'ai dit, la fin a modifié mon jugement initial.
   > Petit bonus, écoutez les soundtracks du film durant votre lecture et.. quel régal ! ;-)

  Le petit + Pour ceux qui ne sont pas au courant, un film a été adapté du roman en 2005, qui a d'ailleurs augmenté la popularité du roman. Je n'ai pas eu l'occasion de le voir, mais je n'en ai pas forcément envie. Peut-être qu'à un moment me viendra l'idée pour découvrir une autre facette du roman, et voir quels points ils ont gardé sur ce roman de 600 pages tout de même. (Quoi que.. après visionnage de la BA, elle donne bien envie ! En anglais par contre ;))


    Chronique précédente                                                                        Chronique suivante     

 Couverture Les Sept Royaumes, tome 1 : Le Roi démon                                                                                    Couverture Tobie Lolness, tome 1 : La Vie suspendue                          

   [Kyeira]

15 commentaires:

  1. Réponses
    1. Pas seulement, aussi agréable comme lecture ;)

      Supprimer
  2. Ton jugement sur la fin m'inquiète un peu, mais sinon ça me donne bien envie. :)
    Bizoos !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que le changement de ton est très visible, c'est surtout cela qui m'a bousculé. Après faut voir si tu y es plus ou moins sensible !

      Mais si tu aimes l'univers japonais (ou coréen, je ne sais plus ce que tu préfères !) tu vas beaucoup aimer je pense :) L'univers (bien que ce soit le notre) est exceptionnel !

      Bisous :P

      Supprimer
  3. Je suis entièrement d'accord avec ton avis mais je pense que la dernière partie m'a un peu moins gênée que toi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente que tu partages mon avis !
      Après coup je me rend compte que ce n'était pas si terrible non plus, je trouve juste cela dommage !:)

      Bisous :p

      Supprimer
  4. Je l'ai dans ma whis-list depuis un moment :D

    RépondreSupprimer
  5. J'avais vu le film avant le livre, du coup je savais à peu près à quoi m'attendre sur la dernière partie de l'histoire ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, du coup le film nous permet d'anticiper :)

      Supprimer
  6. Dans la dernière partie du roman, il me semble que la narration passe plutôt à l'énoncé de faits, "il s'est passé ci, ça..." mais sans pour autant passer dans l'action à proprement parler. J'ai lu Geisha il y a un petit moment maintenant mais il me semble que la plupart du temps ça fonctionne de cette façon. C'est peut-être ça qui vous a gênée dans cette troisième partie. :) Merci pour cette jolie critique et pour la gentille réponse à mon sujet de présentation sur livraddict. ;) Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, aussi. Mais le personnage a plus de recul, j'ai vraiment senti un éloignement en tout cas.

      Merci de ton commentaire et c'est avec plaisir pour ta présentation ! :)

      Bisous :)

      Supprimer
  7. Ça me donne bien envie de lire ce livre tout ça ! Même si d'après toi la troisième partie est plus laborieuse, elle n'a pas l'air insurmontable non plus. Et puis j'aime trop le Japon, alors ça passera ;) (et ça va peut-être m'aider à augmenter ma note en civi de lire des romans plus historique ._.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors si tu aimes le Japon tu vas adoré ce roman :)
      En fait c'est surtout le changement un peu d'histoire qui m'a surprise ;)

      Supprimer
  8. Je n'ai pas lu le livre mais j'ai vu le film et je l'aime beaucoup ! :)

    RépondreSupprimer