CHRONIQUE | 100 000 par un doux soir d'orage par Thomas Carreras

dimanche 1 mars 2015

Couverture 100 000 canards par un doux soir d'orage Anatidaephobia (n.f) : Peur panique à l'idée d'être observé, où que l'on se trouve, par un ou des canards.

Quand Ginger, globe-trotteuse américaine de 19 ans, débarque à Merrywaters - le bled le plus paumé d'Angleterre - pour participer à un festival de musique, elle est loin de se douter que les canards seront aussi nombreux dans le coin. Ni qu'ils commenceront à l'espionner.

Ni qu'ils représenteront, peut-être, un danger mortel.

LA SUITE ?
AH NON, C'EST TOUT, ON NE VOUS DIS PLUS RIEN !

Sachez seulement qu'aucun canard n'a été blessé pendant l'écriture de ce livre.

100 000 canards par un doux soir d'orage est un roman que j'avais extrêmement hâte de découvrir. J'en avais entendu beaucoup de bien. Louangé comme un roman extrêmement drôle, j'espérais sincèrement qu'il me plaise. Ce fut d'ailleurs le cas... jusqu'au début de la seconde partie. Je remercie énormément les éditions Sarbacane pour m'avoir permis de découvrir cette histoire.

Le roman démarre exactement comme je m'y attendais. Fraîche, drôle et passionnante, les premières pages sont à savourer. Ginger est une jeune fille venue des États-Unis pour trouver un nouvel emploi afin de pouvoir assister à un festival en Angleterre. Elle va devenir complètement folle à l'idée d'être observée par des canards. Oui oui, des canards. Il suffit de voir la quatrième de couverture pour savoir que cette histoire va être complètement folle. 
Et je vous assure qu'elle l'est. Les premières pages m'ont fait mourir de rire ! Très sincèrement, je riais - et ne faisais pas "que" sourire. La narratrice a une répartie de dingue. Chacune de ses répliques m'a fait décrocher un rire. Je l'ai trouvé extrêmement drôle, très attachante et je l'ai beaucoup apprécié. Alors certes, l'histoire n'a rien de crédible et ne s'accroche pas à la réalité pour nous faire croire à l'histoire. Ici, même si c'est complètement dingue, on accroche immédiatement, sans se demander ni pourquoi, ni comment. L'écriture de Thomas Carreras est tellement prenante qu'on se moque de savoir si le tout est plausible ou non. Petit à petit, l'angoisse de Ginger grandit. Il y a de plus en plus de canards, partout en train de la regarder. Bien évidemment, personne ne la prend au sérieux ! 
Jusqu'aux cent cinquante premières pages le roman était parti pour me faire un coup de coeur.
Et puis il y a eu cette scission qui a tout foutu en l'air - que ce soit dans le sens figuré ou non. Car tout part vraiment en l'air. Tout s'accélère, tout part de tous les côtés. On passe d'une dizaine de personnages (peut-être un peu à moins) à presque vingt, tout s'affole et j'ai totalement décroché. J'ai trouvé que l'humour avait totalement changé, était beaucoup moins présent et beaucoup moins drôle. Je n'ai vraiment pas compris ce choix, car tout le début était complètement excellent ! Du coup, ma lecture est passée de coup de coeur à .. mini-déception ? Je ne sais pas ! 

Quoi qu'il en soit, ma lecture fut vraiment en demi-teinte. J'ai eu un énooorme coup de coeur pour ce début. Je pense que je relirai la suite plus tard, car là ce fut trop brutal pour moi. Je vous conseille tout de même ce roman, car les répliques sont à mourir de rire. Et puis si vous, les retournements de situation de vous déstabilisent pas, alors vous n'avez pas à vous inquiéter. Ce roman est riche en action, et c'est quelque chose qui m'a beaucoup plu. Ginger est formidable. J'en garde vraiment un bon souvenir finalement et j'espère qu'il vous fera rire vous aussi.

8 commentaires:

  1. Une histoire vraiment... originale ^^

    RépondreSupprimer
  2. Dommage que tu n'aies pas le même avis que beaucoup d'autres, mais ça arrive. C'est vrai que ce roman a l'air déjante ^^
    Bonne future lecture :D

    RépondreSupprimer
  3. Je comprends très bien pourquoi tu as été déstabilisée, c'est à la fin de la première partie que certaines personnes n'aiment plus, mais j'avais beaucoup aimé quand même :)

    RépondreSupprimer
  4. Ahhh c,'est dommage que tu sois mitigée, c'est vrai que la fin de la première partie est plus que inattendu mais personnellement j'ai continué à beaucoup aimé la suite car ça sortait vraiment de l'ordinaire ^^

    RépondreSupprimer
  5. Il a l'air vraiment (mais VRAIMENT) barré ce bouquin, ça me tente bien ! Dommage si la deuxième partie t'a moins accrochée, mais j'avoue que ta chronique me rend très curieuse. :)

    RépondreSupprimer
  6. Ce n'est pas un livre qui me tente forcément :D
    Bisoussss <3

    RépondreSupprimer
  7. Je n'avais pas du tout aimé : c'est vrai que la 1ère partie était sympa mais ensuite, j'ai trouvé l'humour trop lourd... :-/

    RépondreSupprimer