Jungle Park : l'Afrique dans 30 ans.

vendredi 27 mai 2016


 Année 2050.
L'Afrique, continent prison gardé par des drones, est devenue le dépotoir des déchets industriels occidentaux, et le lieu où l'on parachute les condamnés à mort américains.
Tony Belluin est un de ces condamnés à mort, directeur d'un parc d'attractions célèbre, injustement accusé de terrorisme. Sauvé de la mort par Jean-Baptiste, le chef d'un réseau de résistants, il accompagne celui-ci au coeur de la jungle. Pendant ce temps, la fille de Tony découvre la preuve qu'il n'est pas mort, puis la trace des auteurs du complot dirigé contre lui...

Les pays sous-peuplé d'Afrique sont largement sous-pollués. [...] Il faut encourager une migration des industries polluantes vers les pays les moins avancés et se préoccuper davantage d'un facteur aggravant les risques d'un cancer de la prostate dans un pays où les gens vivent assez vieux pour avoir cette maladie, que dans un autre pays où deux cents enfants sur mille meurent avant d'avoir l'âge de cinq ans.
Lawrence Summers (ancien directeur d'Harvard et naguère conseiller d'Obama)

Si vous me suivez depuis plusieurs années maintenant, vous avez peut-être dû remarquer que ce n'est pas la première fois que je découvre un ouvrage de Philippe Arnaud. J'avais déjà eu l'opportunité de découvrir La peau d'un autre qui m'avait beaucoup intéressé. Ici, dans Jungle Park, on retrouve clairement ce qui caractérise sa plume. L'écriture est incisive, mordante et amplifie ainsi l'aspect terrifiant du récit. 

Lorsque j'ai découvert la citation ci-dessus en début d'ouvrage, j'ai été épouvantée par les propos tenus par ce discours. L'auteur s'appuie sur lui pour justement posé le contexte de son récit : une Afrique sur-polluée où les mutations nucléaires créent des monstres de terreur, où les prisonniers américains sont envoyés et où l'air est partout irrespirable. On a là une fable écologique qui vise à sensibiliser le (jeune) lecteur sur des problématiques actuelles tout en lui évoquant d'autres thèmes tels que le racisme, la mondialisation, la société d'apparences, la surveillance étatique : bref, tout un tas de thèmes récurrents de notre actualité. Ce livre est un concentré de sujets importants et rien que pour ces différentes approches il me semble important de le faire lire aux plus jeunes d'entre nous. 

Au-delà de ça, il faut aussi souligner la qualité du récit une nouvelle fois. Les personnages sont certes adolescents mais loin des clichés que peuvent rassembler les livres young-adult habituels. Il suffit de voir que ce récit est publié chez Sarbacane pour s'attendre à un gage de confiance, une valeur sûre, une qualité d'écriture et d'histoire à chaque fois présente. Ça ne rate jamais, les Sarbacane parviennent toujours à mêler l'individualité du style des auteurs et une ligne éditoriale qui s'adresse aux adolescents de manière irréprochable, du moins pour la collection X'prim. Tout ça pour dire que se lancer dans un Sarbacane, c'est forcément se lancer dans un bon roman !

Les personnages sont loin d'être manichéens, la vision du monde d'ici trente ans proposée par Philippe Arnaud mérite de se pencher dessus et les idées font presque peur. Cependant, malgré tous ces points positifs, j'ai eu beaucoup de mal à rester accrochée au récit une fois que l'intrigue démarre réellement. J'ai beaucoup aimé l'installation du contexte qui soulève énormément de questions. Mais toute la quête des personnages m'a paru moins pertinente que le reste de l'histoire. Cependant, l'action est au rendez-vous, les surprises aussi et le rythme qui en est par conséquent crée rend le tout très dynamique.

Pour conclure, Jungle Park est un récit qui ne m'a pas spécialement transportée mais qui à revanche éveiller de nombreuses questions en moi. Les thématiques évoquées sont intéressantes et ce récit est tout simplement idéal pour les introduire aux adolescents : surveillance, pollution, terrorisme, critères de beauté, futures technologies, etc. Bref, tout y est, l'idéal pour aborder ces thèmes actuels et en discuter autour de ce roman.

Jungle Park, Philippe Arnaud. Publié chez Sarbacane, coll. X'prim. 277 pages. 15,50 €

10 commentaires:

  1. La couverture est vraiment bien travaillé, l'intrigue intéressante mais le fait que tu n'es pas totalement accroché au roman me laisse mitigé quant à la question de l'achat ou non^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c'est surtout du au style qui est très dur et haché !

      Supprimer
  2. J'adore la couverture mais c'est une déception pour ma part...
    C'est vrai que je n'ai pas vu autant de choses que toi dans cette lecture ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'avoue que la citation de départ y est pour beaucoup :)

      Supprimer
  3. Ca a l'air riche en sujet en tout cas ! Dommage que le rythme ne soit pas au rendez-vous... Peut etre un sarbacane qui ne sera pas dans les priorités de lecture !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un très bon Sarbacane néanmoins ! :)

      Supprimer
  4. Ta chronique est géniale et résumé bien le livre !

    RépondreSupprimer
  5. Ce livre m'intrigue beaucoup. J'ai bien envie de découvrir l'avenir que l'auteur nous donne et voir ce qu'il fait de l'Afrique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le point qui m'a le plus intéressée !

      Supprimer