Découvrez le Viênam avec Itinéraire d'enfance !

mardi 16 août 2016

 Fin des années 1950 au Viêtnam. Bê a douze ans, sa vie dans le bourg de Rêu s'organise entre sa mère, ses amis et ses professeurs. Son père, soldat, est en garnison à la frontière nord. Pour avoir pris la défense d'une de ses camarades abusée par un professeur, elle se voit brutalement exclue de l'école. Révoltée, elle s'enfuit de chez elle, avec sa meilleure amie, pour rejoindre son père. Commence alors un étonnant périple : les deux adolescentes, livrées à elles-mêmes, sans un sou en poche, finiront par arriver à destination, après des aventures palpitantes et souvent cocasses : Bê la meneuse, non contente d'avoir tué le cochon et participé à la chasse au tigre, va également confondre un sorcier charlatan et jouer les infirmières de fortune.
Roman d'apprentissage, ce livre limpide et captivant dépeint magnifiquement, dans un festival de sons, d'odeurs, de couleurs et de paysages, la réalité du Viêtnam après la guerre d'Indochine.  
 
Itinéraire d’enfance n’est pas le livre pour lequel j’avais voté. Il me faisait envie mais j’appréhendais un peu ma lecture car elle ne me parlait pas particulièrement. Finalement, après avoir trouvé le livre en médiathèque et l’avoir commencé, je dois dire que ce livre s’avère être une agréable surprise.
On entre dans une histoire à l’atmosphère particulière. On est dans un petit village du Viêtnam dans les années 1950 aux côtés d’une jeune fille, Bê. Son père est militaire, sa mère institutrice et elle, une jeune étudiante brillante. Pourtant, elle va mettre en péril son avenir lorsqu’elle aperçoit un de ses professeurs abuser sexuellement une de ses camarades. Révoltée, elle va tout faire pour faire entendre sa voix. C’est par ce déclic qu’elle va prendre la route avec sa meilleure amie dans le but de rejoindre son père et découvrir le monde qui s’offre à elle.
L’atmosphère est très particulière car l’écriture est empreinte de cette belle simplicité asiatique qui fonctionne très bien avec moi. J’aime ces phrases qui semblent simples mais qui recèlent en vérité beaucoup de poésie. Ça me touche et ça m’emporte facilement et sans surprise ce style d’écriture convient très bien à ce cadre.
Concernant l’intrigue, on a réellement un avant le départ et un après. Pour ma part j’ai préféré l’avant que j’ai trouvé très immersif. C’est le seul reproche que j’ai à faire à la seconde partie par ailleurs. J’ai beaucoup aimé l’intégralité du roman mais je dois dire que la seconde partie m’a semblée plus longue, plus traînante malgré l’aspect dynamique du voyage.

Encore une fois, je dois dire que ce livre rentre parfaitement dans le cadre de mon challenge et mes envies. On y suit les relations entre les élèves très appliqués et les professeurs très autoritaires et à la fois extensions du rôle parental. On suit une sorte d’après-guerre dont je n’étais pas familière. On suis les us et coutumes de ce petit village Vietnamien et même quelques autres et j’ai été très sensibles à ces passages-là. 

L’auteure a publié bon nombre de romans. Si vous souhaitez découvrir le Viêtnam par le biais de la littérature, je vous invite à le faire par ces romans-là. Je doute que vous soyez vraiment déçus !  

Itinéraire d'enfance de Duong Thu Huong disponible aux éditions Sabine Wespieser et Le livre de poche (6,60 € / 344 pages)

2 commentaires:

  1. Je ne l'ai pas lu mais j'ai très envie de prolonger mon séjour au Vietnam alors je vais peut être me pencher dessus dans les semaines à venir. :)

    RépondreSupprimer
  2. J'adore les livres asiatiques (avec un faible pour les coréens), justement grâce à ce style simple mais équivoque dont tu parles... Mince, ça en fait un de plus à ajouter à ma wishlist... !

    RépondreSupprimer