Faites le tour du monde ! Départ pour la Havane

vendredi 30 décembre 2016


Comme promis le mois dernier, le mois de janvier sera consacré à la littérature cubaine. Voilà un moment que ça me trottait dans la tête, mais je dois dire que la mort de Fidel Castro en cette fin d’année m’a donné envie de mettre mes idées à exécution (sans mauvais jeu de mots…). Plus que des titres, je vous propose des auteurs à découvrir. La plupart d’entre eux ont une bibliographie assez grande – je pense à Zoé Valdes ou Leonardo Padura – avec des pages plus ou moins nombreuses et des prix élevés ou non. Les titres présentés ici sont donc indicatifs, je vous invite à aller découvrir les autres livres des auteurs pour vous donner aussi envie d’autres choses. 

L’Amérique du Sud est un continent que je rêve de découvrir : Cuba, la Nouvelle Orléans, le Pérou, la Colombie, ce sont toutes des régions que j’aimerais visiter. Depuis que j’ai vu le film Diario de Motocycleta au collège puis au lycée, j’ai su qu’il fallait que je mette un jour les pieds là-bas. Si c’est pour l’instant impossible, j’en profiterai à travers les pages de romans. Je vous laisse donc découvrir la sélection.

33 révolutions de Canek Sánchez Guevara
Sûrement le livre qui me donne le plus envie dans cette sélection ! « En 33 courts chapitres, Canek Sánchez Guevara, petit-fils du Che, fait vibrer Cuba comme jamais : le désenchantement s'écrit dans une langue superbe, intense, addictive, et la crise des balsas est prétexte à un formidable hymne à la liberté. »

Dans 33 révolutions, on entend les télévisions qui diffusent les telenovelas et l’on sent l’humidité poisseuse de La Havane. Quant à la politique, elle est morte depuis longtemps, et ne survit que dans le disque rayé d’une lointaine et historique révolution cubaine… (Télérama)

110 pages – éd. Métailié – 9 €

L’homme qui aimait les chiens de Leonardo Padura
Quand on recherche un auteur cubain sur Google, Leonardo Padura est le nom qui revient quasi instantanément. Il était donc évidemment que je le place dans cette liste. J’ai du réfléchir longtemps à quel livre choisir. L’auteur est adepte des livres longs ! Peut-être pour les plus chevronnés d’entre vous ?
« Sur la plage de La Havane, Ivàn, écrivain frustré, a recueilli les confidences d'un homme mystérieux, promenant deux lévriers barzoï. L'inconnu semblait connaître intimement Ramôn Mercader, l'assassin de Trotski. Des années plus tard, Ivàn s'empare de cette rencontre : il retrace les trajectoires de Trotski et de Ramôn, depuis la Révolution russe jusqu'à leur rencontre dramatique à Mexico... »
816 pages – éd. Points – 9,30 €

Cher premier amour de Zoé Valdés
Comme pour Léonardo Padura, les romans de Zoé Valdès remplissent les rayons de littérature cubaine. Et comme pour Léonardo Padura, je ne savais pas quel titre choisir… J’ai bien La Havane mon amour dans ma pile à lire
mais il n’est pas encore sorti en poche alors je n’ai pas osé vous le proposer à cause de son prix (14 € si jamais). Mais j’aime beaucoup la collection Babel alors mon dévolu s’est jeté sur celui-ci.

« Cher premier amour puise aux sources poétiques des règnes minéral, animal ou végétal pour célébrer la terre cubaine et sa culture métisse. Un train quitte la gare centrale de La Havane pour atteindre une mystérieuse vallée qui porte un secret d'amour. Il emmène Danaé à la recherche des paradis de sa jeunesse. C'était l'été de ses treize ans et de sa première école aux champs. Au sein de la joyeuse cohorte d'adolescents faisant l'expérience patriotique des travaux agricoles, Danaé découvrait l'amour interdit avec une Indienne habitant ce lieu autant qu'il l'habitait. » 

335 pages – éd. Actes Sud (Babel) – 8,70 €

Le siècle des Lumières, Alejo Carpentier
« Les prestigieux paysages des îles et de la mer des Caraïbes sont le décor de ce roman baroque et tragique où le grand écrivain cubain fait revivre des événements peu connus de la Révolution française. Autour du mystérieux personnage de Victor Hugues, qui joue un rôle important à la Guadeloupe en 1791, puis en Guyane où il devra renier son idéal, on voit toute l'Amérique de langue espagnole évoluer vers son émancipation. On revit l'atmosphère coloniale de La Havane, les drames sanglants de la grande Révolution, la guerre contre les Anglais, la guerre de course... »
461 pages - éd. Folio – 8,70 €


Mère Cuba de Wendy Guerra
« Animatrice de radio, suspendue d’antenne, Nadia Guerra obtient une bourse pour Paris, mais l'art n'est pas sa seule motivation ; elle part aussi à la recherche de sa mère, Albis Torres. Elle va finalement la retrouver à Moscou. En fouillant dans ses affaires, elle retrouve le journal que celle-ci tenait à Cuba, à la veille de la Révolution, une époque cruciale, journal dans lequel elle fait, notamment, le portrait de l’héroïne révolutionnaire Celia Sánchez. Mère Cuba, dans la lignée de Tout le monde s'en va, nous immerge au cœur d'une génération qui porte un héritage révolutionnaire aussi lourd que fascinant, mettant à nu la mémoire de la nation cubaine tout entière. »
Une poésie des instants […] qui laisse en lecture un étonnant sentiment de proximité avec ce « pays de personne » où le « temps est sépia » et la « douleur salée ». Xavier Houssin, Le Monde des livres.
320 pages – Le Livre de Poche – 7,10 €


6 commentaires:

  1. Je n'ai encore jamais lu d'auteur de nationalité cubaine donc j'ai hâte de participer ce mois ci. Mon choix est fait mais j'attends les résultats car plusieurs de ces titres m'intriguent!

    RépondreSupprimer
  2. Je ne crois pas voir lu d'auteur cubain pour le moment mais je trouve l'idée vraiment chouette et original ! Merci pour les découvertes :)

    RépondreSupprimer
  3. Je note les noms d'auteurs car j'aimerais beaucoup me diversifier dans les livres que je lis. J'ai un peu trop du trio : USA - France - GB ....

    RépondreSupprimer
  4. J'ai du retard, je viens de recevoir le livre de décembre, mais je viens quand même de voter car je n'ai jamais lu d'auteur cubain... Avec le même préféré que toi !

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour :) ?
    Est-ce que le club de lecture continu ? Je ne pense pas avoir bien saisi le principe car j'essaie de trouver le moins de février et le pays/continent associé, en vain.
    De plus, le groupe facebook reste fermé aux personnes qui ne l'ont pas rejoint encore, ce que je trouve vraiment dommage et donnant peu envie de le rejoindre car les informations restent masquées du coup je me sens peu aidée et informée..
    Dommage ! Je trouvais ce principe plutôt original et je suis déçue de ne pas pouvoir y participer du fait de son aspect beaucoup trop restrictif... Certes c'est un club, mais je pense cette justification légère pour expliquer ça :(
    Bonne journée et peut-être à bientôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour :)
      Merci pour ton commentaire. Je me permets d'y répondre ici, mais comme je viens d'accepter les nouvelles personnes sur le groupe tu verras peut-être mon message sur le groupe, je viens de le poster !

      En effet, je n'ai pas pu lancer de sessions en février. Croque les mots n'est pas mon travail et faire les sélections me prend beaucoup de temps. Or, je suis étudiante et j'ai un travail à côté en plus de mes autres activités. J'ai du prioriser à un moment donné si je pouvais assurer les activités les plus importantes. Si tu me suis sur YouTube, tu as sûrement vu que je ne post que très peu de vidéos en ce moment !

      Je termine les cours fin avril donc je pense être opérationnelle d'ici là :)

      Le groupe est fermé, sur acceptation, simplement pour que je puisse gérer le flux. Cela me permet aussi de voir si certains postent immédiatement des pubs/contenus indésirables. Ce n'est pas du tout pour restreindre l'accès car j'accepte toutes les invitations !

      Je comprends que tu sois déçue, je suis sincèrement navrée de ne pas pouvoir assurer ce groupe pour le moment, je fais de mon mieux c'est promis ! :)

      Bonne journée à toi aussi, j'espère avoir répondu à tes interrogations !

      Supprimer