Chronique 71 : Blankets, Craig Thomson

samedi 13 avril 2013

Couverture Blankets, Manteau de neigeBlankets
      
Éditions : Casterman
Nombre de pages : 585
Prix : 35.00 € 
Date de sortie : 2003

Quatrième de couverture, Synopsis 

Craig est né dans une famille modeste. Il vit avec ses parents et son petit frère dans une petite ferme au fin fond du Wisconsin, et reçoit une éducation stricte et très religieuse, car sa famille est baptiste et très pratiquante. C'est un enfant sensible, qui n'est pas armé pour les brimades subies à l'école, l'autorité rugueuse de son père et la culpabilité entretenue par l'omniprésence de la religion au foyer. Il se réfugie dans le dessin, activité dérisoire pour ses éducateurs qui préféreraient le voir penser à un avenir religieux. 
Mais lors d'une classe de neige paroissiale, la rencontre de son premier amour Raina, jeune fille à l'histoire tout aussi chargée, va marquer sa vie.


L'auteur : Craig Thompson est né dans le Michigan en 1975.
Il a publié notamment Good-Bye Chunky Rice en 1999, Blankets  en 2003 qui est la plus connue de ses œuvres, puis Carnet de Voyage en 2004.
Ses livres sont traduits dans environ trente langues.
Il obtint ainsi des prix littéraires pour ses bandes-dessinées.

"Comparée à l'éternité, nos vies sur Terre ne sont que des petits rêves dans lesquels nous sommes tombés."
- Blankets, Craig Thomson

Mon avis

     Voyant que je lisais Habibi, ma professeure d'arts a décidé de me prêter un autre livre du même auteur Blankets.
Cette fois-ci ma lecture était en français, et je suis carrément tombée sous le charme de l'histoire. Ma meilleure amie l'avait carrément adoré, et me l'avait plus que conseillée.

Il me semble donc que c'est un récit autobiographique. L'auteur nous raconte deux étapes différentes de sa vie. Les chapitres permettent le passage d'un à l'autre. 
On commence donc l'histoire avec les péripéties de lui et son petit frère. C'est assez drôle par moment, touchant, triste à d'autres endroits. On comprend leur relation, qui les fait grandir.
En parallèle, nous avons toute l'histoire très touchante de Craig et Raina. Une histoire presque d'amour à distance, une sorte d'amour impossible.

Je ne connais pas la relation frère-frère, et j'ai donc été moins touchée par ce point de vue-ci de l'histoire. Cependant, j'ai connu durant l'année dernière une jolie relation à distance, et le récit de Craig, là, m'a énormément frappée. J'ai pu partager les sentiments que les deux personnages ressentaient, les paroles et les gestes qu'ils échangeaient. L'auteur parvient à merveille à nous envoyer chaque page de cette bande-dessinée.

Tout comme dans Habibi, on a très souvent des références religieuses. Dans le premier, on a très fréquemment des extraits du Coran, tandis qu'ici, les extraits sont issus de la Bible. Je trouve ce mélange culturel énormément intéressant, et illustre souvent bien l'histoire.

Le style de l'auteur est très particulier, et parvient à jouer avec le fond, et la forme. Les cases s'amusent entre-elles, quand les personnages se rapprochent, ou s'éloignent. 
J'aime beaucoup cette technique, et son crayon est vraiment léger, doux et agréable.
Je vois à chaque fois une nette différence. On peut trouver des bande-dessinée de 58 pages, et les trouver interminables, tandis que celle-ci, de 585 pages se lit très rapidement !
Enfin, l'ouvrage dans sa globalité est très poétique, et nous fait partager un puissant bout de vie.



[Kyeira]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire