[CHRONIQUE] Chroniques du monde émergé, tome 1 : Nihal de la Terre du Vent de Licia Troisi

dimanche 1 juin 2014

Couverture Chroniques du Monde Emergé, tome 1 : Nihal de la Terre du VentNihal de la Terre du Vent

Editions : PKJ
Genre : Jeunesse Fantasy
Nombre de pages : 495
Date de sortie : 2008

Quatrième de couverture, Résumé, Synopsis :

     Nihal est une jeune fille très étrange : oreilles pointues, cheveux bleus, yeux violets tout la distingue des autres habitants du Monde émergé. Fille d'un célèbre armurier, elle passe son temps à jouer à la guerre avec une bande de garçons. Mais la nuit, des voix plaintives et des images de mort hantent l'esprit de Nihal. Et lorsque le terrible Tyran envahit La Terre du Vent, elle comprend que ses cauchemars sont devenus réalité. L'heure du véritable combat a sonné. Nihal doit devenir une vraie guerrière et défendre la paix, à tout prix. Ses seuls alliés : Sennar, le jeune magicien, et une infaillible épée de cristal noir.

Mon avis :  
     Les Chroniques du monde émergé sont des romans que je vois fleurir un peu partout, que ce soit sur la blogo, ou en librairies et médiathèque. Dans le même état d'esprit que la Quête d'Ewilan, j'avais très envie de me plonger dans un jeunesse fantasy à la découverte d'un monde exotique bien loin du notre (ahh, lecture, que ferions-nous sans toi ?). Après une longue hésitation en main de lire ce roman, je me suis finalement décidée, et je n'ai absolument pas été déçue.

     Les Chroniques du monde émergé porte finalement assez bien son nom, car nous, lecteurs, sommes très facilement pris, immergé dans le récit grâce à la plume de l'auteure qui est vraiment très belle, très fluide et très prenante. Le fait qu'elle intègre le point de vue de Nihal dans sa plume m'a beaucoup plu, et nous fait découvrir l'univers ainsi que son héroïne avec de jolies phrases. C'est typiquement le style que je recherchais, une lecture détente.
De plus, l'univers que nous offre l'auteure est immensément vaste, et nous permet de découvrir un panel d'environnements plus plaisants les uns que les autres. C'est tout à fait le voyage qui caractérise ce roman, et je me suis moi aussi sentie transportée à travers ces différentes terres régnées sous la poigne du Tyran, dont Nihal cherche à se venger.
Et quelle vengeance veut-elle ! Une vraie jeune guerrière et pleine d'ambition, voilà le personnage très charismatique que l'on a là. Certains l'ont trouvé agaçante, moi pas. J'ai beaucoup aimé sa manière de réfléchir, d'agir que j'ai trouvé assez crédible. En revanche, j'ai eu beaucoup de mal à accepter le fait qu'elle croit, pense à certaines choses à son âge (pas qu'il ne fallait pas, mais que ça enlever un chouïa de crédibilité). Bref, je vais cesser d'expliquer ceci avant que ça devienne trop confus.
Néanmoins, l'intrigue reste énormément plaisante, et ce dont j'ai le plus apprécié est le lot de surprise que nous réserve l'auteure. A de nombreuses reprises je pensais que Nihal allait agir autrement, et non, elle a agit d'une tournure beaucoup plus plaisante et surprenante, ce qui m'a beaucoup plu.
Quant aux autres personnages, ils sont tous charismatiques et adorables. Chacun leur tour, on découvre leur personnalité sincère et profonde, et on apprend à les aimer en même temps que Nihal. Sennar, le jeune magicien avec qui elle apprend certaines capacités m'a de suite tapée dans l’œil. J'ai adoré ce garçon plein d'entrain et d'attention, et je suis impatiente de découvrir ce que l'auteure lui a réservé pour la suite de la saga ! 

Voilà donc une très belle découverte pour cette trilogie, que j'ai hâte de poursuivre ! Parfait pour ce détendre, la jolie plume de Licia Troisi permet une évasion assurée, et vous offre un lot d'action immense qui ne vous laissera jamais sur votre faim.
Je vous conseille sincèrement ce roman si vous appréciez la fantasy jeunesse (un peu dans le style de Bottero), ou tout simplement si vous avez besoin de vous évader à mille lieues d'ici.

4/5

Cette chronique a été écrite dans le cadre Croque Les Mots passe le BAC et je tiens à m'excuser pour la rapidité et la qualité de cette chronique.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire