CHRONIQUE | WE WERE LIARS : Surprenant, passionnant, destructeur.

mercredi 8 avril 2015




Bienvenue chez les Sinclair. Beaux, riches, sportifs, intelligents, ils passent leurs étés à Beechwood, leur île privée au large de Cap Cod. Cadence est l’aînée des petits-enfants. Depuis deux ans, elle souffre de violentes migraines et d’amnésie sélective : quelque chose de grave s’est passé l’été de ses 15 ans, mais quoi ? Quand elle retourne sur l’île à 17 ans avec sa mère, elle y retrouve sa famille, ses cousins Johnny et Mirren et leur ami Gat, son grand amour. Depuis toujours, ces quatre-là sont surnommés les Menteurs ; ensemble, ils refont le monde et profitent de la liberté des vacances dans ce petit paradis. Mais le secret qui entoure l’accident de Cadence hante la famille entière. Quand elle pose des questions, on lui ment, on se tait ou on l’éloigne. Mais peu à peu, les souvenirs reviennent, par bribes…

We were liars est un roman que j’avais vu partout sur la blogosphère anglophone. Quand je l’ai reçu en français, je ne savais plus du tout quelle était l’histoire et quels étaient les avis de nos confrères anglophones. C’était donc en toute innocence que je me plongeais dans ce roman. J’avais peur de lire une romance contemporaine au sein d’une famille très riche - et que ça devienne donc très ennuyeux - mais en vérité, j’ai lu un des meilleurs livres que j’ai lu depuis ce début d’année. Je me suis pris une réelle claque par ce livre, pour son originalité, sa construction, pour sa fin. Je remercie infiniment les éditions Gallimard pour m’avoir donné l’occasion, l’opportunité de découvrir cette merveille.

Ce roman m’a énormément surprise. J’avoue avoir pensé me retrouver face à un young-adult contemporain comme les autres. Qu’est-ce que j’ai pu être naïve. Ce roman c’est une immense vague qui vous frappe et vous noie à plusieurs reprises. Il y a eu cette première noyade qui m’a fait réaliser l’ampleur de ce à quoi je faisais face. Parce qu’en fait, le livre est extrêmement plus compliqué qu’on ne le pense. La narratrice, pourrie gâtée par sa famille qui va chaque été sur le domaine familial subit un traumatisme lors de ses quinze ans. Elle se réveille sans avoir le moindre souvenir du pourquoi et du comment. J’ai trouvé la trame tellement intéressante. En tant que lecteur, c’était une véritable torture de ne pas savoir !
D’autant plus que la tension mise en place par l’auteure est juste incroyable. Le livre est court mais efficace. Trop n’aurait pas été utile. Là c’était explosif. Ce livre, c’est une petite bombe qui ne tient pas en place entre vos mains, et qui va tout détruire lorsqu’on arrive aux dernières pages. J’ai trouvé le style de l’auteure tellement plus intéressant que ce qu’on a l’habitude de voir dans le young-adult. J’ai trouvé le langage très bien utilisé, comme dans un jeu. J’ai adoré voir la construction des pensées de la narratrice, voir son évolution. C’était très bien mené, et ça fait du bien de faire face à un réel style. Et puis il y a la tension que l’auteure installe. Je vous l’assure, ça faisait des mois que je n’avais pas lu un livre jusque tard dans la nuit et me dire : « Je ne veux pas dormir. Je me lève tôt demain, mais ce livre est impossible à lâcher. »
Et puis les pages défilent entre nos mains… On ne voit pas l’histoire passer, on veut comprendre. Que s’est-il passé ce soir-là ? Il ne nous reste que quatre-vingts pages. On est malade en voiture mais ce n’est pas grave on le finit quand même, pour savoir. Et puis on a la fin. Un nouvelle vague s’écrase sur nous. On sait. On croit savoir. Et puis on continue. Là, douche froide. Tsunami. On ne comprend plus rien. Ou mieux : on comprend tout. Toute notre lecture est remise en question. On ferme le livre, et puis on a immédiatement l’envie de le recommencer : c’était évident.
Ce livre est une pépite. Original et surprenant, je ne peux que vous le conseiller. Je ne vous dirais rien, c’est typiquement le genre de livre ou savoir la fin avant gâcherait tout. Lisez-le, découvrez le secret. Restez bouchée bée autant que je l’ai été. Je pense que cette conclusion, ce twist final est l’un des meilleurs que j’ai lu. C’était brillant et… palpitant. C’était tellement difficile de terminer ce roman, ce tome unique sur une fin pareille. J’ai eu envie de pleurer. Mais c’était tellement bon. Ça faisait des mois que cette sensation n’était pas arrivée dans ma vie de lectrice. Des livres comme celui-ci, j’en veux tous les jours ! 

PARUTION LE 4 MAI 2015 CHEZ GALLIMARD JEUNESSE

5/5
__________________
We were liars d'Emily Lockhart
Gallimard Jeunesse
Contemporain
288p. 14.50 €

9 commentaires:

  1. Woah ! :D Mais quelle chronique de malade ! <3
    Vu ton avis, il faut que je me le procure ;)

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai lu il y a quelques mois en VO, et j'avais beaucoup apprécié cette lecture =D

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Ta chronique donne vraiment envie de le lire ! Je crois que je sais ce que je vais faire le 4 mai... ^^

    RépondreSupprimer
  5. EH BEH ! Je t'avouerais que ce livre ne me tentait pas, mais ton enthousiasme est sacrément communicatif ! Franchement, je note, parce que je suis très intriguée... et je veux connaître moi aussi le secret ! :)

    RépondreSupprimer
  6. J'avoue qu'il m'intrigue ^_^ Peut être en VO !

    RépondreSupprimer
  7. Tu me donnes vraiment très envie de découvrir ce livre ! :D

    RépondreSupprimer
  8. Super chronique ! ça me donne envie d'avoir ce livre tout de suite entre mes mains ! :)

    RépondreSupprimer
  9. Je l'ai fini hier et j'avoue être sous le choc de cette fin magistrale.Toutefois, je ne sais pas, j'en attendais autre chose... Je suis encore indécise par rapport à mon avis, comme je l'ai déjà été lorsque j'ai clos le roman "Notre Secret" de Jessica Warman. Ces deux livres n'ont pas été un coup de cœur mais je me souviendrais toujours de leur fin !
    Bonnes lectures à toi,
    A bientôt
    PS-Ton blog est super sympa, je viens de le découvrir ^^

    RépondreSupprimer