LE NOM DU VENT, Patrick Rothfuss

samedi 30 janvier 2016


Il y a des lectures qui vous traversent rien qu'un instant, en très peu de temps ; il y en a d'autres qui, au contraire, ont besoin de temps, de patience et s'inscrivent en vous tout naturellement pour les jours à venir. Le nom du vent fait clairement partie de la seconde catégorie.

J'ai libéré des princesses. J'ai incendié la ville de Trebon. J'ai suivi des pistes au clair de lune que personne n'oserait même évoquer. J'ai conversé avec des dieux, aimé des femmes et écrit des chansons qui font pleurer les ménestrels. J'ai été exclu de l'Université à un âge où l'on est encore trop jeune pour y entrer. J'y étais allé pour apprendre la magie, celle dont on parle dans les histoires. Je voulais apprendre le nom du vent.
Mon nom est Kvothe.
Vous avez dû entendre parler de moi. 

En panne de lecture depuis presque deux mois, il m'a fallu du temps pour savoir vers quel livre me diriger. Finalement, lorsque j'ai ouvert celui-ci, j'ai tout de suite su que ma lecture serait passionnelle. C'est une véritable danse qui s'est opérée avec ce roman. Tout d'abord découvert en français dans sa version reliée, puis continué en e-book pour plus de portabilité, ma lecture fut prolongée dans une version poche en anglais, terminée en français. Elle a d'ailleurs oscillé entre tous ces formats sans aucune gêne, car à chaque fois, peu importe la feuille, papier ou écran l'univers a réussi avec toujours autant de facilité à me transporter dans une histoire incroyable. 
Réputé pour sa poésie, Le nom du vent mérite sa popularité et son succès. L'ayant lu en anglais et en français je peux vous garantir que la traduction fait tout honneur à l'originale et ne perd absolument rien de la plume du maître. Patrick Rothfuss écrit là un récit aussi mélodieux que son personnage et c'est tout à son honneur. 

Mais le charme ne s'arrête pas là. Le nom du vent, c'est aussi la création d'un univers, d'un monde, d'une immersion comme j'en ai rarement connue. L'auteur se livre lui-même dans une interview où il affirme avoir voulu créer un monde le plus crédible possible pour s'imaginer y vivre. Pari réussi. Rothfuss nous livre un monde avec ses coutumes, ses Dieux, ses fêtes, ses villes, ses moeurs, son économie, sa magie, ses légendes. Bref, il nous dépeint un véritable chef d'oeuvre où les personnages prennent vie... et nous à leur côté également. 

Aussi - et je ne dirai pas enfin car on ne pourra jamais finir de parler de ce roman - Le nom du vent est l'histoire d'une vie. Kvothe nous livre son histoire. Son récit promet de s'étaler sur trois jours, le premier tome vous dévoile le premier. Le second tome raconte la seconde journée et le troisième toujours attendu se fait de plus en plus désirer. Pourtant, si une journée peut sembler courte, dans ce premier tome, c'est près de quinze ans d'une vie que l'on découvre. Si l'on peut aussi adorer le livre, c'est pour ses personnages à la psychologie intense, travaillée et crédible. Le monde est loin d'être manichéen. Kvothe reste bien entendu le personnage principal et est donc celui qui a la plus grande épaisseur. Cependant, tous ces êtres de papier deviennent bien vite des êtres de chair lors de la lecture.

Le nom du vent est typiquement le genre de livre qu'on a besoin d'apprivoiser. Il est nécessaire de lui laisser du temps pour le laisser s'imprégner en nous. On commence à parler des personnages comme s'ils prenaient vie à côté de nous, l'univers nous semble si palpable et les mots viennent fredonner près de nos oreilles leur douce mélodie tout au long des pages. 

Les mots ont des pouvoirs. Les mots peuvent allumer des incendies dans l'esprit des hommes. Les mots peuvent tirer les larmes des cœurs les plus endurcis. 

http://img.livraddict.com/covers/5/5072/couv56287857.jpgVoilà plusieurs jours que j'ai terminé ce chef d’œuvre et l'univers est encore terriblement présent dans mon esprit. Quasiment seule lecture de janvier, mais quelle lecture ! C'est bien plus qu'un excellent moment, c'est indubitablement un livre marquant dans la vie d'un lecteur. Un indispensable pour les amateurs de fantasy. Un indispensable pour les amoureux des mots.

Chroniques de tueur de roi, I : Le nom du vent,  Patrick Rothfuss. Disponible chez Bragelonne pour la version française. Édition présentée sur la photo ci-dessus : DAW, format poche, en anglais, 720 pages, 6.43 €

12 commentaires:

  1. J'ai cette merveille dans ma PAL... et je me sens très chanceuse après avoir lu ta chronique ! j'ai très envie de le découvrir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haaa oui, profite de l'avoir pour te lancer, tu ne le regretteras pas !

      Supprimer
  2. tu ma donné envie de lire ce livre !! allez op wish list !! ^^
    bonne lecture à toi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yeah, je pense vraiment que tu ne seras pas déçue ;)

      Supprimer
  3. Tu m'as donné envie de le lire :) J'en avais déjà entendu parler, mais ton article le vend encore plus. J'ai, en ce moment, à peu près le même sentiment que toi mais vis-à-vis de Royaume de Vent et de Colères je ne sais pas si tu connais ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas du tout mais tu me donnes énormément envie d'aller jeter un coup d'oeil ! Merci pour la recommandation ;)

      Supprimer
  4. Comme les autres, j'ai déjà entendu beaucoup de bien de ce roman et de cet auteur, mais là tu mets la dernière touche. Hop, il est dans ma liseuse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mon roman préféré, tu peux foncer !

      Supprimer
  5. Je ne connaissais pas du tout mais ta chronique est tellement élogieuse que ça me donne vraiment envie de découvrir cette histoire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À relecture je ne la trouve pas assez élogieuse ! Quel roman.. :)

      Supprimer
  6. C'est drôle, je suis en plein milieu de ce merveilleux roman et ce que tu décris dans tes sensations de lecture, c'est exactement ce que je ressens. J'ai eu un peu de mal à le commencer, à l'apprivoiser comme tu le dis si bien. J'ai lu le début assez lentement, mais peu à peu l'auteur m'a entraîné dans ce monde à part entière. On a envie de prendre son temps, de savourer l'écriture et l'histoire. Je n'ai vraiment pas hâte de le terminer, bien qu'un deuxième tome m'attende derrière. Bref, je suis heureuse d'avoir lu ta chronique! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des romans vers lesquels on va, et certains qui nous apprivoisent également ! Un véritable moment de drague avec ce roman...
      Je suis dans le dernier paru, et je suis amoureuse.

      Supprimer