Découvrez le Viênam avec Itinéraire d'enfance !

 Fin des années 1950 au Viêtnam. Bê a douze ans, sa vie dans le bourg de Rêu s'organise entre sa mère, ses amis et ses professeurs. Son père, soldat, est en garnison à la frontière nord. Pour avoir pris la défense d'une de ses camarades abusée par un professeur, elle se voit brutalement exclue de l'école. Révoltée, elle s'enfuit de chez elle, avec sa meilleure amie, pour rejoindre son père. Commence alors un étonnant périple : les deux adolescentes, livrées à elles-mêmes, sans un sou en poche, finiront par arriver à destination, après des aventures palpitantes et souvent cocasses : Bê la meneuse, non contente d'avoir tué le cochon et participé à la chasse au tigre, va également confondre un sorcier charlatan et jouer les infirmières de fortune.
Roman d'apprentissage, ce livre limpide et captivant dépeint magnifiquement, dans un festival de sons, d'odeurs, de couleurs et de paysages, la réalité du Viêtnam après la guerre d'Indochine.  
 
Itinéraire d’enfance n’est pas le livre pour lequel j’avais voté. Il me faisait envie mais j’appréhendais un peu ma lecture car elle ne me parlait pas particulièrement. Finalement, après avoir trouvé le livre en médiathèque et l’avoir commencé, je dois dire que ce livre s’avère être une agréable surprise.
On entre dans une histoire à l’atmosphère particulière. On est dans un petit village du Viêtnam dans les années 1950 aux côtés d’une jeune fille, Bê. Son père est militaire, sa mère institutrice et elle, une jeune étudiante brillante. Pourtant, elle va mettre en péril son avenir lorsqu’elle aperçoit un de ses professeurs abuser sexuellement une de ses camarades. Révoltée, elle va tout faire pour faire entendre sa voix. C’est par ce déclic qu’elle va prendre la route avec sa meilleure amie dans le but de rejoindre son père et découvrir le monde qui s’offre à elle.
L’atmosphère est très particulière car l’écriture est empreinte de cette belle simplicité asiatique qui fonctionne très bien avec moi. J’aime ces phrases qui semblent simples mais qui recèlent en vérité beaucoup de poésie. Ça me touche et ça m’emporte facilement et sans surprise ce style d’écriture convient très bien à ce cadre.
Concernant l’intrigue, on a réellement un avant le départ et un après. Pour ma part j’ai préféré l’avant que j’ai trouvé très immersif. C’est le seul reproche que j’ai à faire à la seconde partie par ailleurs. J’ai beaucoup aimé l’intégralité du roman mais je dois dire que la seconde partie m’a semblée plus longue, plus traînante malgré l’aspect dynamique du voyage.

Encore une fois, je dois dire que ce livre rentre parfaitement dans le cadre de mon challenge et mes envies. On y suit les relations entre les élèves très appliqués et les professeurs très autoritaires et à la fois extensions du rôle parental. On suit une sorte d’après-guerre dont je n’étais pas familière. On suis les us et coutumes de ce petit village Vietnamien et même quelques autres et j’ai été très sensibles à ces passages-là. 

L’auteure a publié bon nombre de romans. Si vous souhaitez découvrir le Viêtnam par le biais de la littérature, je vous invite à le faire par ces romans-là. Je doute que vous soyez vraiment déçus !  

Itinéraire d'enfance de Duong Thu Huong disponible aux éditions Sabine Wespieser et Le livre de poche (6,60 € / 344 pages)

Est-ce que j'ai aimé la suite du Nom du Vent ? La réponse est OUI.


Si vous me demandez en ce 23 juillet 2016 quel est ma meilleure lecture de l’année, je vous répondrais sans hésitation Le Nom du vent. Et je pense que ça ne surprendra personne. Sauf que je dirais même mieux que simplement Le Nom du vent, car je rajouterais de manière général : la saga de Patrick Rothfuss, ce magicien des mots, Chronique du tueur de Roi. Certes, il me manque la seconde partie du deuxième tome à lire ainsi que La Musique du Silence. Mais je peux d’ores et déjà vous dire que cette saga est l’une des meilleures que j’ai lues depuis longtemps, et qu’elle sera dans le podium de mes meilleures découvertes en 2016. Laissez-moi vous parler un peu plus de cette première partie du second tome… 
  
Je quittais le premier tome avec trois semaines passées dans l’univers de Rothfuss aux côtés de Kvothe. On suivait le jeune homme de son enfance à son adolescence. Il était passé par de nombreuses péripéties plus terribles les unes que les autres. Et moi, je sortais d’un livre le souffle coupé par sa densité, son immersion extraordinaire et sa beauté éclatante à chaque phrase lue. Ça, c’était en janvier dernier. 

J’ai récemment conseillé cette saga à un ami qui l’a :

a)    Acheté intégralement sans se poser la question de s’il allait aimer ou non
b)    Lu les trois tomes en moins d’un mois
c)    Adoré bien évidemment et qui m’a vraiment VRAIMENT donné envie de lire la suite.

J’avoue avoir été réticente à commencer la lecture du seconde tome (partie 1) car le tome censé clôturer la trilogie n’est même pas annoncé et ce depuis plusieurs années. Mais j’ai suivi mes envies, arrêté de réfléchir trop longtemps et je me suis lancée. Est-ce que je regrette ? Évidemment que non.

À ma plus grande surprise, ma lecture fut rapide. Alors que le premier tome avait exigé au moins trois semaines soutenues de lecture, il ne m’a fallu ici qu’une semaine et demi. Alors certes, ce tome-ci faisait deux cents pages de moins ; est-ce que ça justifie la moitié de temps en moins passé dessus ? je ne crois pas ! J’ai tout simplement dévoré ce volume. J’avais une totale confiance de ce en quoi j’allais me lancer. Je savais que je n’allais pas être déçue et ce fut une aventure formidable. 

Comme dans le premier tome, il s’y passe énormément de choses. Kvothe enchaîne encore une fois les aventures malencontreuses. Ses amis prennent une place plus importante dans sa vie d’adolescent et les cours à l'Université s’enchaînent… jusqu’à ce que de nouvelles portes s’ouvrent à lui. Et à partir de ce moment-là, d’autres rencontres se font, d’autres voyages s’effectuent et Kvothe commence à prendre en maturité. La tournure du personnage est vraiment intéressante et ce tome 2, qui finit sur de nouvelles perspectives me donne encore plus envie de me plonger dans la suite. Évidemment, comme le troisième tome n’a toujours pas été annoncé pendant ma lecture (ô miracle inespéré) je vais encore un peu attendre pour me lancer dans la suite, le début de l’automne me semble bien. 

Si vous ne vous êtes toujours pas plongé dans le premier tome, je ne sais pas ce que vous attendez. Chronique de tueur de roi est une saga pleine de mystère avec un personnage brillant, touchant et attachant. Le monde qu’a créé là Patrick Rothfuss et incroyablement immersif et travaillé. Il prend vie sous nos yeux dès la première page et l’on se sent emporté dans les couloirs de l’Université aussi facilement qu’en ouvrant un livre. Et puis c’est beau. Il faut l’avouer, Bragelonne nous propose une traduction de qualité issue d’un texte de base très peaufiné. L’auteur met du temps à tailler son histoire comme un joailler le ferait, et ça se sent. En bref, un indispensable en fantasy, et peut-être même en littérature tout simplement.  

Chroniques de tueur de roi, tome 2 : La peur du sage de Patrick Rothfuss disponible chez Bragelonne 

Harry Potter and the Cursed Child : le verdict.

Etre Harry Potter n'a jamais été facile et ne l'est pas davantage depuis qu'il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d'un héritage familial dont il n'a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

Librairie L'Astragale, petit endroit de bonheur dans Lyon !



Il y a quelques jours, j'ai pu découvrir la belle librairie qu'est L'Astragale. Un peu loin de chez moi, j'avais repoussé l'échéance de ma visite. Mais l'autre jour je flânais au Parc de la Tête d'Or avec mon ami Kevin (qui tient la chaîne Booktube Treky) et plutôt que rentrer immédiatement, j'ai pris mes petites jambes et je suis allée enfin la découvrir.  

Phobos : Origines, aussi surprenant qu'addictif !

 Ils incarnent l'avenir de l'Humanité.
Six garçons doivent être sélectionnés pour le programme Genesis, l'émission de speed-dating la plus folle de l'Histoire, destinée à fonder la première colonie humaine sur Mars.
Les élus seront choisis parmi des millions de candidats pour leurs compétences, leur courage et, bien sûr, leur potentiel de séduction. Ils dissimulent un lourd passé.
Le courage suffit-il pour partir en aller simple vers un monde inconnu ?
La peur, la culpabilité ou la folie ne sont-elles pas plus puissantes encore ?
Le programme Genesis a-t-il dit toute la vérité aux spectateurs sur les
« héros de l'espace » ?  Ils doivent faire le choix de leur vie, avant qu'il ne soit trop tard.

Découvrez le Maroc avec Mes contes de Perrault

 
Il était une fois une petite paysanne nommée Soukaïna. Elle était si belle que les oiseaux et les animaux de la forêt accouraient à son passage. Sa grand-mère était souffrante alors elle s'enveloppa d'une burqa rouge pour lui porter des crêpes et un pot de gelée royale... Pour notre plus grand plaisir, Tahar Ben Jelloun réinvente les contes de Perrault en leur insufflant un parfum de Mille et Une Nuits.

Dans le cadre de mon challenge / club de lecture Faites le tour du monde ! j’avais proposé le titre Mes contes des Perrault de Tahar Ben Jelloun qui est un auteur marocain. Je n’avais encore jamais lu de titre marocain et c’était donc le bon moment pour me lancer, surtout en tant que passionnée de contes. 
Quel est donc ce titre que nous propose l’auteur ? Mes contes de Perrault – comme expliqué dans la préface – sont des contes qui ont été inspirés par plusieurs points. Tout d’abord, cette femme qui a passé son temps a raconté des contes. Les Mille et une nuit ont bercé l’enfance de l’auteur et il a toujours été fasciné par eux. Plus tard, il a découvert les contes de Perrault qui nous ont tous été contés une fois dans notre jeunesse. Ces contes certes plus cruels que ceux des frères Grimm mais aussi les plus fascinants par le danger qu’ils évoquent. Mes contes de Perrault est né d’une simple réflexion : « qu’aurait donné les contes de Perrault racontés par cette femme qui racontait les Mille et une nuits avec un talent incroyable ? » Voici donc ce qu’est ce livre : un recueil de contes de Perrault orientalisés. Ainsi, l’auteur nous propose des réécritures où le Chaperon Rouge porte une burqa pour vous donner un exemple.
Typiquement, c’est le genre de réécriture de contes que j’adore. L’auteur adapte le conte, laisse la trame et les personnages principaux mais n’hésite pas à renouveler le message et en dévoiler un autre très actuel et ancré dans nos questionnements. La question de la religion (très liée à l’imaginaire des contes) est ici posée sous la question de l’Islam. Cette partie-là m’a beaucoup plu car elle interroge les différents points de vue que l’on peut entendre aujourd’hui sur l’Islam. Je trouve que toute la magie des contes est là. Ils sont actuels. Malgré leur présence depuis la nuit des temps, ils ne cesseront de s’inscrire dans notre actualité et ce recueil-là en est la preuve même.
Au-delà de ça, j’ai adoré redécouvrir certains contes et notamment celui du Chat Botté ou de Barbe-Bleue. C’est typiquement le genre de contes que je m’attendais à trouver dans ce recueil et l’auteur nous les partage à merveille.

Mes contes de Perrault est donc un recueil vraiment intéressant à lire. Il permet de redécouvrir les contes de notre enfance avec une certaine force et crédibilité. Le côté oriental les rend encore plus mystérieux qu’ils ne l’étaient déjà et surtout l’auteur réinterroge une société aux aspects parfois méconnus, souvent jugés et franchement bien illustrés à travers ces pages. 

Mes contes de Perrault de Tahar Ben Jelloun aux éditions Points - 218 pages - 6,90 €

Faites le tour du monde arrive en Europe !


Amis voyageurs, compagnons de route, il est temps de lever l'ancre ! Après le Nigéria puis le Vietnam, faisons une escale sur l'Ancien Monde. Toi, Européen qui n'as pas encore rejoint l'aventure, c'est le moment d'embarquer sur le navire. Si tu as peur de venir à bord ou que tu ne sais rien de nos voyages, je t'invite à découvrir notre projet en cliquant ici ! En revanche, si tu fais déjà partie de l'équipage, il est temps de retourner un peu à la maison le temps de finir l'été.