Ce n'est pas la première fois que je tente de découvrir cette histoire. Il y a quelques mois de là, j'en essayais la lecture mais sans grande réussite puis que je décidai de la mettre de côté. Finalement, j'ai enfin pu me replonger dans ce roman. Qu'en est-il de mon avis cette fois-ci ?

The Kiss of Deception est l'histoire de Lia, héritière du royaume, qui décide de s'enfuir pour échapper à un mariage arrangé qu'elle ne souhaite pas. Accompagnée de sa domestique, elle fugue. Deux hommes partent à sa recherche : le Prince et l'Assassin. Les points de vue s'alternent mais qui est le méchant et qui est l'héritier royal ? À vous, comme à Lia, de le deviner.

Vous l'aurez compris, le plaisir ne réside pas nécessairement dans son intrigue. Une princesse, un royaume, une adolescente en pleine crise de responsabilités, le contexte est plutôt simple. Tout l'intérêt de cette histoire est présente dans sa construction et le mystère qui tourne autour de ces deux hommes. 
Bien-sûr, des intrigues secondaires se glissent au fil des pages et les révélations qu'elles permettent les rendent très intéressantes. Les personnages secondaires qui les vivent sont d'ailleurs tous plutôt bien travaillés. Pauline, la domestique, est un personnage surprenant, attachant et réconfortant. Lia, l'héroïne, m'a laissé étrangement indifférente. Enfin, je dois avouer avoir eu un problème avec les hommes, Kaden et Rafe. J'ai lu ce livre en compagnie de Léa, ma binôme, et elle soulève exactement le point que voici : Ces deux personnages masculins sont complètement interchangeables. En fait, je trouve qu'ils se ressemblent beaucoup trop. On a l'impression que l'auteure ne veut pas trop en dire afin de ne rien dévoiler mais je pense que ce choix rend les personnages plats, sans charisme et difficilement attachants. Il m'est arrivé de les confondre ou de rester froide à la romance qui se construisait - que ce soit avec l'un ou l'autre qu'elle finissait, peu m'importait finalement. 
Cette imperfection se décline également dans l'écriture utilisée. À nouveau, le style de Lia, Kaden ou Rafe est exactement le même. Cela enlève énormément à la construction des caractères et c'est fort dommage. 
L'univers semble intéressant mais est également peu exploité pendant la grande majorité du roman. L'intrigue semble vivre entre la taverne, la forêt, deux trois endroits éparpillés mais pas bien plus... C'est frustrant pour un univers de fantasy qui semble prometteur et qui je pense sera plus exploité dans le second tome (quoi que... j'ai bien peur que celui-ci ce concentre à nouveau sur une ville en particulier). 

Le portrait que je dresse ici de l'histoire ne semble pas très élogieux. Il ne faut cependant pas croire que je n'ai pas aimé ma lecture. La première moitié fut vraiment très plaisante à lire. Le rythme était là, l'immersion également et je ne peux nier avoir passé un très bon moment les deux-cents-cinquante premières pages. Mais finalement, une fois la révélation tant attendue arrivée et bien tout s'essouffle. Finalement, comme les personnages m'étaient indifférents, l'effet révélation n'a pas été aussi explosif que je l'espérais. Je m'étais trompée dans mes prédictions et c'est déjà une bonne chose mais malgré tout je suis restée plutôt froide devant une situation où j'espérais vivre des émotions. 

http://img.livraddict.com/covers/177/177488/couv61180994.jpgLa seconde partie s'est révélée être elle-aussi plutôt décevante et là je dois vraiment dire que je me suis profondément ennuyée. Néanmoins, la fin pose les bases pour un second roman intéressant. L'auteure parsème son final de plusieurs révélations titillant ainsi le désir du lecteur. C'est plutôt réussi. 
Cependant, je ne vais pas me jeter sur la fin et pense attendre encore un peu avant de me procurer le second tome.


The Remnant Chronicles : The Kiss of Deception, Mary E. Pearson. Publié en VO uniquement chez Henry Holt (2014) 492 pages

Il y a des lectures qui vous traversent rien qu'un instant, en très peu de temps ; il y en a d'autres qui, au contraire, ont besoin de temps, de patience et s'inscrivent en vous tout naturellement pour les jours à venir. Le nom du vent fait clairement partie de la seconde catégorie.

 Voilà deux ans que je suis inscrite sur Goodreads, et deux ans que je lis plus de cent livres par an. Alors qu'avant d'ouvrir mon blog je devais lire au grand maximum quinze livres chaque année, mon rythme de lecture s'est considérablement accéléré. Cette année, j'ai décidé de lire moins.. mais mieux !

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous avez certainement dû voir que l'anxiété m'empêchait souvent de vivre tranquillement. Je n'ai toujours pas de remède miracle et ça commence à être compliqué. En revanche, j'ai trouvé des moyens de palier un minimum cette angoisse grâce à quelques techniques que j'applique depuis plusieurs mois.
Au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse, j'ai eu la chance et l'opportunité de poser quelques questions à la grande Shannon Messenger, auteure publiée en France chez Lumen pour ses romans Gardiens des cités perdues et Let the sky fall
Je peux vous dire qu'elle a été extrêmement gentille, souriante et adorable. La rencontrer fut un honneur et j'espère la recroiser dès que possible. À nouveau je la remercie pour avoir pris le temps de répondre à mes questions. Je remercie également la directrice éditoriale de Lumen, Cécile Pournin, qui a fait la traduction. Et merci encore une fois à Émily, attachée de presse de la maison d'édition pour m'avoir offert cette opportunité. 

Sachez que l'interview a été filmée et que vous pouvez aller la voir en cliquant sur ce lien : https://youtu.be/3dZaAwof8w0