Je vous parlais il y a quelques jours de mon envie de voyager, il faut croire que ça tombe bien puisque je pars dès le 1er août pendant quinze jours en Bretagne ! 

Voilà donc pourquoi j'écris cet article. Je ne pense pas publier d'articles pendant ces deux semaines d'absence tout simplement parce qu'il y a de fortes chances que je n'ai pas Internet !.
Ne vous inquiétez pas, j'ai apporté pleins de livres avec moi et je compte bien vous donner mon avis sur eux dès que je rentre !

Et si jamais vous me suivez sur la chaîne YouTube, une vidéo est programmée pour être publiée chaque vendredi soir ! Donc finalement.. c'est comme si j'étais encore là ;-)

Bisous à tous, et à très vite !

Geralt de Riv est un personnage étrange, une bizarrerie de la nature, un mutant qui, grâce à la magie et à un long entraînement, mais aussi grâce à un mystérieux élixir, est devenu un meurtrier parfait. Ses cheveux blancs, ses yeux nyctalopes et son manteau noir effrayent et fascinent. Il parcourt des contrées pittoresques en gagnant sa vie comme chasseur de monstres. En ces temps obscurs, ogres, goules et vampires pullulent, et les magiciens sont des manipulateurs experts. Contre ces menaces, il faut un tueur à gages à la hauteur. Car Geralt est plus qu’un guerrier ou un mage. C’est un Sorceleur. Il est unique.
Au cours de ses aventures, il rencontrera une autoritaire mais généreuse prêtresse, un troubadour paillard au grand cœur, et une magicienne capricieuse aux charmes vénéneux. Amis d’un jour, amours d'une nuit.
Mais au bout de sa quête, peut-être pourra-t-il prononcer son dernier vœu : retrouver son humanité perdue…

S’il y a un jeu-vidéo qu’énormément de joueurs attendaient cette année, c’est bien The Witcher III.  Mon chéri a pu y jouer et moi je n’attends qu’une seule chose, poser mes mains et mon regard sur ce jeu également. En attendant j’ai décidé de me diriger vers les livres qui ont inspirés les jeux vidéos car oui messieurs dames, à l’origine, cette œuvre médiatique est à la base une suite de romans écrits par un l’auteur polonais Andrzej Sapkowski.   
J’ai d’abord cherché dans quel ordre lire les livres. Il faut savoir que la saga a été écrite en deux temps. Tout d’abord, il y a deux préquelles sous forme de nouvelles (Le dernier vœu et L’épée de la Providence) puis il y a ensuite la suite de saga. Si vous souhaitez la commencer sachez que les éditions Milady ont très bien fait les choses puisqu’il suffit de les lire en poche dans leur ordre de numéro. Souvent j’ai pu voir les forums conseiller de lire d’abord L’épée de la providence mais je peux vous dire que ce n’est pas une très bonne idée. On s’y perd complètement puisqu’il nous manque des bases... C’est d’ailleurs ce qui m’a empêché de bien démarrer ma lecture.. J’ai presque hésité à l’abandonner tant ce mélange d’informations était peu clair. Finalement, j’ai décidé de lire Le dernier vœu et je n’ai pas été déçue.
Le dernieur vœu est donc le premier recueil de nouvelles où l’on va découvrir l’histoire de Géralt de Riv, un sorceleur. Les sorceleurs sont des hommes déshumanisés par leur apprentissage, ils n’ont qu’un but : tuer les monstres qui peuplent le monde. À travers ce premier livre, l’auteur insère également des réécritures de conte qui ne sont absolument pas déplaisantes à lire comme La belle et la bête ou bien Le petit chaperon rouge.
Ce qui m’a vraiment empêché d’apprécier ma lecture dans un premier temps, c’est que je souhaitais le lire comme un roman où l’auteur nous poserait les bases de l’univers dès les premières pages. Or ici ce sont bien des nouvelles qu’il faut lire puisque l’univers se construit tout au long du livre. Il faut toutes les lire pour pouvoir comprendre comment le tout est installé. Une fois ceci compris, vous n’avez plus qu’à lire comme c’est écrit, à ne pas vous poser de questions et à apprécier. Comme dans tout recueil de nouvelles certaines sont moins intéressantes, d’autres m’ont énormément fait penser à des quêtes de jeu vidéo et certaines autres sont tout bonnement excellentes.
Au final, j’ai extrêmement apprécié ma lecture. J’ai trouvé que certains passages étaient extrêmement bien écrits, remplis de beauté et de couleurs. Les personnages aussi sont terriblement attachants. Géralt, malgré son caractère peu humanisé, est terriblement attachant et j’ai adoré suivre ses aventures. L’histoire donne vraiment envie d’en savoir plus sur l’univers. Non seulement l’histoire est profonde et est incroyable mais en plus le genre de la fantasy  promet un véritable voyage, un véritablement dépaysement.  Désormais je n’ai qu’une envie lire la suite. Je peux aussi vous dire qu’avoir vu des images du jeu m’ont énormément aidé à apprécier ce roman où je me suis sentie encore plus immergée. Vraiment, c’était excellent.

Couverture Sorceleur, tome 1 : Le Dernier VœuPour terminer, je peux vous dire que c’est réellement une saga à découvrir. Dès le premier tome elle installe un potentiel immense qui nous donne qu’un envie : lire, jouer, voyager et être passionné par ce monde. N’hésitez pas à lui laisser son temps, à lire tranquillement sans attendre les informations que vous souhaitez savoir. L’auteur vous les donne au fur et à mesure et vous pouvez lui faire confiance. Finalement même si ce n’est pas un coup de cœur pour le livre en lui-même c’est un immense coup de cœur pour l’univers.
Couverture Sorceleur, tome 2 : L'épée de la providenceSi jamais cela en intéresse certains, voici l’ordre dans lesquels on peut conseiller de les lire : Le dernier vœu puis l’épée de la providence et ensuite entamez la saga. J’ai également pu lire que The witcher I peut être joué avant les romans mais The Witcher II et III seraient la suite des livres. Donc, joueurs, n’hésitez pas à vous plonger dans les romans !

Préquelles à la saga Le Sorceleur : Le Dernier Voeu, L'Épée de la Providence d'Andrzej Sapkowski [1993 - 1992]. Milady (7.20 €)

Dans une société aux codes stricts, Jamère, 15 ans, est confié par son père à un guerrier nomade. Grâce à des drogues et une transe chamanique ce dernier projette le jeune homme dans un autre monde où une femme-arbre s'empare de son esprit. A son retour Jamère est devenu très sensible à la destruction des arbres et de la nature...

J’ai longtemps voulu découvrir Robin Hobb. Lorsque les éditions Flamaarion m’ont proposé de lire Le Soldat chamane : La déchirure, j’ai tout de suite accepté, très contente d’en avoir l’opportunité.
Pourtant, quand j’ai vu les avis des lecteurs concernant le roman j’ai vite déchanté. Les avis étaient
assez mitigés voire négatifs et je me suis demandée si j’avais choisi le bon livre pour commencer à
connaître l’auteure. Si finalement l’écriture m’a beaucoup plu (parce que le style était intéressant) il
me fut impossible de rentrer dans l’histoire. Je n’ai tout simplement pas réussi à m’y intéresser. Et ça
m’embête assez.. d’autant plus que j’étais très enthousiaste à l’idée de lire ce roman. Et.. je dois
même dire que le scénario était très original.

L’histoire est donc celle de Jamère un jeune homme second fils de quinze ans destiné à suivre la
suite de son éducation dans une école militaire. Pourtant, son père ne va pas confier son fils à
l’armée comme c’était prévu mais à des instructeurs bien particuliers...
Finalement, j’ai trouvé que le livre était assez long. Il y a de nombreuses longueurs pendant le roman
et ça m’a vraiment empêché d’entrer dans l’histoire. Mon immersion fut laborieuse et pratiquement
inexistante. 

Couverture Le Soldat chamane, tome 1 : La DéchirureVous l’avez compris, c’est assez déçue que je ressors du roman. Je ne pense pas lire la suite car je n’ai pas été suffisamment emportée. 
Peut-être que plus tard je lui laisserai une seconde chance mais jepense surtout tenter de redécouvrir l’auteur avec une autre de ses sagas. Je pense à la saga culte l'Assassin Royal dont j'entends énormément de bien et qui fonctionnera peut-être plus avec moi que Le Soldat Chamane. 

Le soldat chamane : la déchirure, Robin Hobb | 2006 . Flammarion (439 pages)
 
Nuit rouge est le second tome de Half Bad, un livre que j’avais découvert l’automne dernier et que j’avais vraiment apprécié malgré la difficulté parfois présente de ma lecture en VO.

L’histoire est celle de Nathan, un jeune homme qui vit dans un monde peuplé de sorciers. Le monde est scindé en deux populations : les sorciers noirs et les sorciers blancs. Vous l’avez compris le tout est très manichéens avec d’un côté les gentils sorciers blancs et de l’autre les méchantes forces de l’ombre. De terribles tensions régissent les deux camps et malheureusement les morts s’accumulent. Nathan est un enfant particulier. Il n’est ni une sorcière blanche, ni une sorcière noire. Il est plus que ça. Il est les deux. Issu d’une relation interdite entre une sorcière blanche et un sorcier noir il est un enfant traqué. Il est non seulement torturé par son statut inhabituel mais aussi parce que son père, Marcus, est le plus grand sorcier noir depuis longtemps et enchaîne les meurtres et vole les pouvoirs des sorciers blancs morts sous sa main. Voici Nathan de retour dans ce second tome pour essayer de tempérer les choses et de se rapprocher d’Annelise, la fille qu’il aime. Malgré tout, les choses ne seront pas si simple pour un jeune garçon qui, comme son père, a la capacité de se transformer en monstre sanguinaire pour accomplir de terribles actes… sans qu’il puisse se contrôler.  Et c’est à travers ce second tome qu’on va voir l’évolution du jeune homme, ses sentiments grandir et ses espoirs et déceptions s’enchaîner. 

Dans son ensemble, j’ai plutôt bien apprécié ce roman. Mais il reste des zones sensibles qui font que ma lecture fut complexe à démarrer et j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans le roman jusqu’à environ la moitié.
Tout d’abord, mon passage du VO à la VF fut vraiment surprenant. J’ai eu la sensation de ne pas être dans le même univers. Je l’ai trouvé étonnamment moderne et j’avais oublié que la géographie de l’univers était la même que la notre. Pour tout vous dire, je ne sais même plus si au finalement j’avais mal compris ou oublié cette partie du scénario. Bon, une fois cette difficulté passée ma lecture fut un peu mieux. Mais je vous avoue que ce n’était pas évident.
Ma seconde difficulté fut que le début de ce second roman a été très long à se mettre en place. Le livre possède environ quatre cents pages et ce n’est qu’au bout de deux cents que c’est réellement devenu intéressant. L’auteur pose des bases pour replonger le lecteur tranquillement mais c’est peut-être un peu trop. 

Une fois ceci passé, le roman est riche en évènements et en émotions. La suite est tout simplement palpitante. Le tout redevient rythmé comme dans le premier tome.  Les personnages sont encore plus surprenants dans ce second volume. Certains agissent d’une manière dont je ne me serai même pas attendue et finalement ça ponctue le roman de surprises vraiment très agréables. Au final, le scénario de ce tome-ci est vraiment intéressant. 

Couverture Half Bad, tome 2 : Nuit rouge
Et je ne vous parle même pas de la fin. Elle s’est avérée complètement folle. Je ne m’attendais pas à ce que ça prenne une telle tournure. Certains personnages prennent des décisions parfois regrettables et malgré nos espoirs l’histoire se termine sur des émotions surprenantes et inattendues. Je peux vous le dire, la suite va se faire désirer. 

En bref, il est dommage que ce roman ait mis tant de temps à démarrer car il est une suite palpitante du premier tome. Une fois la longue moitié dépassée c’est une suite d’événements intéressants qui s’enchaînent pour rendre le roman impossible à poser avant de l’avoir fini. Le troisième tome promet de belles aventures… et beaucoup d’émotions.

Half Bad, tome 2 : Nuit rouge de Sally Green. Milan (2015) - 405 pages. 16,90 €

Aujourd'hui, j'ai décidé de vous partager un nouveau format qu'habituellement je réserve à ma chaîne YouTube. Il s'agit du format DES LIVRES HAUTS EN COULEURS où je présente chaque mois environ trois bandes-dessinées, albums, comics, ect. 
Ce mois-ci, du 17 au 31 juillet 2015 a lieu pour la première fois en France la Fête du Livre Jeunesse avec LIRE EN SHORT et je me suis dit que c'était l'opportunité pour mettre en lumière un album en particulier, album que chaque lecteur devrait avoir dans sa bibliothèque.

J'ai donc décidé de vous présenter Les fantastiques livres volants de Morris Lessmore. Cet album est comme la plupart des albums destinés aux enfants mais je pense sincèrement qu'il pourra plaire aux plus grands. 
Nous allons faire la connaissance de Mr. Morris Lessmore, un jeune homme qui aime les livres, les mots, les lettres. Chaque jour, il consigne dans un livre ses émotions, ses journées. Mais quelle histoire ne se déroule pas sans bouleversement..? 
Ces pages et ses illustrations sont un réel hommage à la lecture et aux livres. On se rend compte à quel point ces romans sont précieux et sont nécessaires au partage. L'auteur dépeint une très belle histoire en couplant courts textes et magnifiques illustrations. Il n'hésite pas à mélanger les deux pour un réel jeu de mise en page. 

http://www.mamanpourlavie.com/tools/resizepicture.php?w=640&h=0&img=_uploads_images_articles_new-UNDER-element-UNDER-by-UNDER-user-UNDER-49-UNDER-1-UNDER-1-UNDER-01-UNDER-Morris-UNDER-Lessmore-UNDER-8479.jpg&nostrict=1&force=0&proportion=w

En soi, ce livre n'a pas un scénario extraordinaire qui vous bouleversera ou autre. Mais ce livre recèle une très belle histoire accompagnée d'illustrations colorées et rafraichissantes. Il me semble être un indispensable à chaque bibliothèque digne de ce nom ! 

Ce livre a également été un court-métrage. Je vous invite vivement à le voir car il est très bien fait, je vous laisse le lien ICI

http://ekladata.com/j-ai-reve-que.eklablog.fr/perso/litterature/fantastiques-livres-volants/fantastique.jpg
Si vous souhaitez m'entendre lire un extrait de cet album, alors n'hésitez pas à cliquer
Enfin, si vous souhaitez le découvrir entièrement par vous même, n'attendez plus et filez vite dans la librairie ou la médiathèque la plus proche. 

Les fantastiques livres volants de Morris Lessmore, William Joyce. 
Bayard Jeunesse (12,90 €)