La culpabilité de ne pas voyager assez

samedi 3 juin 2017


J'ai grandi dans une famille qui ne voyage pas tels des globe-trotters. Je suis majoritairement restée dans le Sud de la France et mon seul vrai voyage à l'étranger demeure cette semaine en Italie que j'ai pu avoir grâce à l'option latin du collège. Depuis que je suis à Lyon, à l'université et surtout dans mon appartement, j'ai eu des envies de voyage. Depuis plusieurs mois, j'essaie de partir à la découverte de certaines parties de France. Si je suis déjà très contente de ce que j'ai pu voir, j'ai l'impression de ne jamais faire assez, et sur mes épaules reposent une réelle culpabilité de ne pas voyager. 

Cette culpabilité a bien-sûr plusieurs raisons. J'ai des ami.e.s à l'université qui ont déjà beaucoup voyagé dans je-ne-sais-combien de pays, je suis plusieurs comptes de voyage sur Instagram, quelques chaînes YouTube et tout cela m'a apporté une réelle angoisse face au voyage. On sait combien les réseaux sociaux peuvent peser sur nos mentalités : et si les familles parfaites, ces filles au corps de mannequin, ces appartements de rêve me touchent peu, je suis plus sensible aux photos de voyage.
Ceux qui choisissent de voyager ne cessent de le dire, c'est la meilleure passion du monde, c'est le seul but dans la vie, sinon elle ne sera que ratée, etc. Et finalement, j'en suis venue à me dire que ma vie était minable, que parce que je n'avais pas fait cinquante-six pays à 21 ans j'avais perdu tout mon temps déjà. Alors qu'au fond, à 21 ans j'ai une vie que j'aime, avec mon propre appartement, un premier diplôme à portée de mains, une expérience professionnelle non-négligeable pour mon âge : bref, je ne suis pas à plaindre. C'est drôle de voir comment on peut se laisser influencer par le monde autour de nous. Oui je rêve d'aller en Amérique du Sud, de découvrir la Scandinavie ou les paysages grecs et siciliens. Bien-sûr que ça me fait rêver. Mais je suis aussi très attachée à mon foyer. Il suffit que je parte une semaine pour me sentir déjà sans moyens ni repères. Prendre l'avion m'effraie, au fond. L'organisation également. 
L'année dernière j'ai eu l'occasion de passer une semaine à Paris avec mon amoureux. C'était la première fois où nous partions vraiment seuls, un peu comme des aventuriers. Et même si c'est à deux heures de train seulement, ça a été pour moi un vrai grand voyage. Mais à mon retour, j'ai eu droit à des "mais c'est seulement Paris" et ce genre de commentaires qui minimisent votre bonheur. Tandis qu'à côté, j'entends des discours du genre "Oui je suis allée à New-York. Bon c'est comme dans les films, rien d'excpetionnel." avec moi à côté qui suis à peine sortie de France.

Les grands-parents de mon copain voyagent énormément. Sa mamie créé des carnets de voyages exceptionnels et j'en suis fascinée. Elle respire ces destinations ; pourtant, elle et son mari n'ont voyagé qu'à partir de leur retraite. Cela peut paraître anecdotique, mais incroyablement déculpabilisant pour ma part. C'est aussi la raison pour laquelle j'ai eu envie d'écrire cet article. Je ne sais pas si on est nombreux à ressentir cette culpabilité vis à vis des voyages. Mais pour ma part, j'ai vraiment le sentiment que c'est un critère de jugement. Oui j'aimerais voyager, mais je suis aussi en adoration devant mon appartement. J'aime rester dans un certain cocon que je me suis construit. Mais je commence à parler de l'introversion dans laquelle je suis - et me plais - et ce sera très certainement l'occasion d'un prochain article ! 

Est-ce que vous aussi vous ressentez une certaine culpabilité à l'idée de ne pas « voyager assez » ?

35 commentaires:

  1. Je comprends tout à fait ce que tu ressens : j'ai une grande envie de voyager, mais je trouve rarement quelqu'un pour m'accompagner, et en tant que femme il peut être dangereux de se promener seule, par exemple. De plus, je ne suis pas fan des trajets en avion...Je rêve de visiter les Cyclades, Chypre, Malte, la Sardaigne, etc..Si tu veux, on peut partir toutes les deux, lol ! Je te souhaite un excellent week-end, bisosu !Coralie Marly

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou !
      Oh je ne savais pas que c'est un trait spécifique aux introvertis. J'avoue que je préfère les voyages en voiture ou en train qui assurent plus de liberté de circulation je trouve. ^^ Mais ça revient souvent plus cher...
      Merci beaucoup pour ton message en tout cas !

      Supprimer
    2. Coucou Coralie,
      J'ai récemment effectué mon premier voyage seule et j'ai adoré. Après c'est sûr que tout dépend de la destination, si ta destination n'est pas une ville, c'est effectivement plus délicat en tant que femme de se retrouver seule à se balader en forêt, à la campagne ou près de la mer sur des chemins où on croise pas forcément beaucoup de monde.
      Après une bonne alternative pour une première fois, c'est de partir en circuit organisé :) On est seule mais parmi un groupe. Ca permet de faire de nouvelles rencontres et on est autant dans des villes que dans des visites plus champêtres.

      Supprimer
    3. Merci pour ces messages, Cassandra et Cindy ! J'aimerais me promener, par exemple, dans des endroits peu touristiques en Grèce, donc le circuit organisé me semble être une bonne idée. Bisous, les filles !
      Coralie Marly

      Supprimer
  2. Beaucoup de gens se la pètent, décidément ! En général, les introvertis sont moins enclins à voyager, c'est comme ça, ce n'est ni mal ni bien !

    RépondreSupprimer
  3. J'avoue que je ne suis pas dans cette situation car je vis pour le voyage ... ça fait 3 ans que je ne suis pas partie et j'en suis vraiment malheureuse ...
    Je travail pour pouvoir me payer des voyages, j'avoue que la vie "normale" m'ennuie, et j'aime les aventures et les choses incroyable :p
    Même si j'aime mon chez moi, j'avoue que je ne m'imagine pas ne pas partir à l'étranger ...
    Mais de là, à faire culpabiliser les autres il y a quand même un monde, et si tu est heureuse dans ton petit chez toi c'est bien là le principale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou :)

      Je ne sais pas si on "me" culpabilise ou si ça me culpabilise moi-même tu vois ? J'ai vraiment l'impression de recevoir tous les jours des messages du type "si tu ne voyages pas tu n'auras pas vécu ta vie à fond" et certes, mais je pense qu'il y a plein d'autres moyens aussi.

      Merci pour ton message :) Bon week-end !

      Supprimer
  4. J'ai précisément eu cette grosse remise en question/angoisse il y a deux mois. Ça fait deux-trois ans que je n'ai pas eu l'occasion de voir du pays et j'ai commencé à me culpabiliser et surtout à mal le vivre, à me sentir au mauvais endroit vis-à-vis de certains amis qui voyagent ou vont faire leurs études à l'étranger dans des pays qui me font rêver... Je suis même parti en quête d'infos pour m'organiser un voyage en solo. Je ne voulais pas qu'on me prenne pour une incorrigible casanière, pour quelqu'un d'inintéressant... Oui mais au bout d'un moment quand on n'a pas les moyens, on a pas les moyens. Et j'ai commencé à me détendre en me disant que les choses viendraient en leur temps et que mine de rien j'avais des choses géniales dans ma vie à moi aussi. C'est bon parfois de se souvenir de ce qu'on a :) Comme toi j'aime mon chez moi, j'aime être dans un cocoon, et je remercie finalement tous les jours internet de me faire croiser à distance des personnes, et de me faire voir des lieux merveilleux en attendant que ce soit mon tour! En tout cas le bonheur est partout et ne doit pas être minimisé. D'ailleurs tu sais quoi ? Je ne suis encore jamais allé à Paris :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Guimause :)
      Tes mots sont si apaisants ! Ça me rassure de voir que je ne suis pas la seule à avoir vécu ce genre de remise en question. Moi aussi le fait de voir des amis partir pour leurs études ou par eux-mêmes m'a fait beaucoup poser de questions. Max, qui ne ressent pas la même pression, ne comprenait pas pourquoi je m'en mettais autant et me disait qu'on partira quand nous aurions de l'argent et du temps en commun.
      Se souvenir de ce qu'on a est la meilleure des solutions je pense pour relativiser en effet :)
      Je te fais des bisous !

      Supprimer
  5. Je comprends tout à fait ton sentiment. Avant de travailler et de me marier je n'avais jamais vraiment voyagé. J'été juste passé de la vie dans ma campagne normande à la région parisienne pour le travail où je suis installée maintenant. Mes collègues voyagent beaucoup et me font culpabiliser de ne pas m'organiser de beaux voyages de vacances dans des pays étrangers. Surtout que nous allons toujours au même endroit tous les ans : L'Angleterre ! Parce qu'il nous a suffit d'une fois pour nous y sentir comme chez nous. On a beau vouloir à chaque fois vouloir aller ailleurs on finit par aller vers l'endroit le plus réconfortant et rassurant pour nous. C'est dans notre caractère je suppose !
    Quand je culpabilise comme toi, je me dis que j'ai à peine 30 ans et que j'ai le temps. Je te donne le même conseil parce que l'important c'est d'être là où on se sent bien, on peut construire de bons souvenirs partout finalement... surtout chez soi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finalement oui tu as raison ! Ça ne sert à rien de partir quelque part et s'y sentir mal. Se sentir bien chez soi (ou dans un lieu en particulier) est déjà quelque chose d'immense !
      C'est fou cette pression que l'on peut se mettre parce que les autres agissent différemment.
      Et puis mine de rien, une fois que tu sais comment faire pour aller quelque part, ça fait du bien d'y retourner parce que la prise de risques est bien moins grande.

      Supprimer
  6. Voyager pour voyager je ne vois aucun intérêt. Je rencontre beaucoup de personnes qui voyagent mais n'en retire rien. Le voyage est une vraie passion qu'il ne faut pas confondre avec le fait de prendre des vacances et tout le monde n'a pas les même passions. Certains s’épanouissent dans la musique, d'autre dans la lecture ou encore dans le sport. Je trouve ça vraiment triste que certaines personnes aient pu te faire culpabiliser alors que non partir à Paris, rester chez toi, c'est très bien aussi ! On est tous différents, l'important est de faire ce que l'on aime !

    Signée une introvertie qui aime lire, regarder des films et voyager !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu as raison ! Si c'est pour aller au bout du monde pour rester dans un club piscine/hôtel ce n'est pas le "voyage" qui m'attire. Enfin, pour moi le voyage correspond au fait de partir découvrir (par la culture, l'immersion, le patrimoine, etc.) tandis que les vacances repos (et je n'en refuserai pas d'ailleurs en ce moment même) consiste à vraiment se détendre et profiter sans vraiment découvrir.

      Et d'ailleurs, par les livres j'ai déjà l'impression d'avoir vu un max de choses ! ;)

      Supprimer
  7. J'ai connu cette culpabilité de ne pas assez voyager. Mais pas vis à vis des autres ou de ce qu'ils vivaient par rapport à moi. Vis à vis de moi-même qui n'osait pas voyager seule et qui se freinait par peur de ne pas s'en sortir. Et je culpabilisais parce que je me disais que tout le temps où je restais indécise face au fait de partir seule ou non était du temps perdu.
    J'étais allée dans 9 autres pays que la France mais jamais seule. Et finalement je me suis lancée en solo, j'ai acheté des billets d'avion pour Prague et réservé un hébergement pour 4 jours. Petit voyage mais grande expérience. J'ai adoré arpenté les rues d'une ville qui m'était inconnue et ça, même seule ! Ma passion pour le voyage est encore plus marquée depuis cette aventure et je sais maintenant que je suis capable de me débrouiller seule, je me suis surprise, moi la froussarde qui sursaute au moindre bruit ! Une semaine après mon retour, je me réservais un long week-end à Milan (qui sera le week-end prochain d'ailleurs :p)
    Ce que je veux dire par là, ce n'est pas que vous devez vous lancer dans le voyage solo ou le voyage tout court si ce n'est pas ce qui vous tient à cœur. Ne le faites pas pour faire comme les autres ou pour sembler plus intéressants.
    Faites ce que vous aimez, ce qui vous fait envie et ce qui vous tient à cœur, c'est la clé du bonheur et les choses à faire pour y accéder ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Ecoutez vous et vos envies, un point c'est tout. <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ohlala, qu'est-ce que j'aimerais partir avec ce genre d'initiative ! Partir seule ne me fait pas aussi peur que vous (ce serait surtout mon chéri qui serait vexé que je m'en aille découvrir des si belles villes sans lui ^^) mais c'est l'action même de commencer à réserver, tout planifier comme si un truc n'allait jamais.
      De ce que vous en dites ça a l'air d'avoir été une expérience tellement enrichissante.
      Je pense que si j'ai envie de partir c'est parce que je trouve que ce sont des moments très formateurs et aussi je me sens l'âme aventurière haha. Mais je pense essayer de sortir un peu de ma zone de confort en prenant de petites destinations :) Après tout, vers Lyon il y a plein de destinations possibles !

      Je vous souhaite un super week-end à Milan du coup !

      Supprimer
  8. Ne culpabilise pas Cassandra ! Voyager à Paris, c'est déjà beaucoup. Il suffit d'avoir poser les pieds dans cette ville pour s'en rendre compte.

    Les réseaux sociaux nous mettent en concurrence les uns contre les autres sur ce sujet, et c'est bien dommage. C'est évident que beaucoup ressentent le besoin de montrer, d'étaler même, leur voyage autour du monde. On vit à une époque où être globe-trotter est une sorte d'idéal à atteindre, rendant la vie sédentaire, casanière, soi-disant plus ennuyante. Je pense sincèrement que la société est devenue culpabilisante sur ce sujet. Celui qui ne voyage pas sera perçu comme fermé d'esprit, ou ayant une vie affreusement ennuyante. Il faut montrer qu'on sait parler trois langues, qu'on a des amis étrangers, etc. Donc ton sentiment est légitime, et je crois qu'il vient en très grande partie des réseaux sociaux, faits d'images et de photos en grande parti.

    Il y a pourtant cent manières de voyager différentes. Beaucoup sous-estiment la capacité qu'ont les livres à nous faire voyager, alors qu'il s'agit d'une activité sédentaire. On croit à tort que la lecture est une fermeture sur soi, ou sur des mondes intérieurs. En réalité - et tout lecteur le ressent - le sentiment d'ouverture, et de découverte de nouveaux espaces, apparaît bel et bien quand on se plonge dans de bons livres. Les bibliothèques sont en soi des formes de voyages concrets, et ce n'est pas une métaphore à mes yeux.

    J'ai souvent l'impression que ceux qui voyagent beaucoup fuient quelque chose, caché au fond d'eux, parfois un mal être. Je crois que ton attachement au lieu où tu vis n'est pas si négatif. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Kevin,

      Mais je ne peux qu'être d'accord sur le charme de Paris et son histoire ! Comme je me le dis, des millions de touristes (qui viennent parfois de l'autre côté du monde) viennent pour la visiter, alors je me dis que j'ai déjà une chance énorme de pouvoir y aller en deux heures à peine..

      Ton commentaire est tellement apaisant par rapport à ce que je ressens ! Tu as les mots justes ;) En effet, on m'a parfois dit que j'avais l'air d'être dans "une routine qui semble ennuyante". Une personne m'a dit "Moi je pourrais pas vivre comme ça en couple" alors qu'au fond ce que j'ai construit autour de moi est sûrement ce que je chérie le plus.

      Mais oui, ça me rassure que tu aies la même perception que moi de la société et des réseaux culpabilisants. C'est dur de se mettre des barrières pour ne pas se laisser atteindre en fait. J'ai exactement le même sentiment que toi vis à vis de la lecture et pour moi j'ai vraiment l'impression d'avoir vécu déjà des centaines de choses, vues des milliers d'endroits et ressentis des émotions uniques.

      Mieux encore, les livres me permettent même d'aller dans des endroits qui n'existent pas.. ;)

      Supprimer
  9. J'ai plus tendance à me demander si j'aurais l'occasion de voyager autant que je le voudrai plus tard^^' ! Je trouve formidable de découvrir de nouveaux lieux, et en suivant aussi sur Insta de nombreux comptes sur les voyages, j'espère plutôt avoir l'occasion de visiter ces endroits moi aussi un jour...
    Chacun doit aller au gré de ses envies, de ses moyens pour voyager car si l'on se force, le plaisir ne sera pas forcément là...
    Surtout, fais comme tu le sens et si tu préfères pour l'instant rester chez toi, à profiter de ton petit cocon que d'aller dans un nouvel endroit, ne te force pas :) L'occasion de voyager viendra, puis il te reste plein de merveilles à découvrir comme ça <3 !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Léna :)
      Oui parfois j'ai envie de dire "Mais ce n'est pas aussi simple !" Certes il faut de l'argent, mais il faut aussi du temps, des moyens de se déplacer parfois, et des circonstances nécessaires.
      J'espère que tu auras l'occasion de faire tout ce que tu as envie de faire toi aussi !
      Gros bisous Léna ♥

      Supprimer
  10. Oula oui, j'ai 27 ans, je suis allée 1 ou 2 fois à l'étranger seulement et j'ai de la culpabilisation de ne pas économiser assez pour aller à l'étranger. Aussi d'avoir un peu peur j'avoue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ! Je pense que chacun fait avec ses moyens pour faire au mieux... C'est triste cette pression qu'on est nombreux.ses à ressentir.

      Supprimer
  11. C'est exactement ce que je ressent ! Au final j'ai décidé d'arrêter de me prendre la tête et dd voyager quand je le pourrais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Persephone, merci pour ton message ! Oui c'est une bonne idée, il faudrait que je prenne la même décision.. ;)

      Supprimer
  12. Coucou,
    J'ai 28 ans et j'ai la chance de voyager régulièrement. C'est effectivement une passion. Un déclic s'est particulièrement fait il y a 2 ans quand je me suis rendue compte lors de l'un de mes voyages que, peu importe où j'allais, au bout d'une journée environ, je me sentais chez moi. A ce moment-là, j'étais en "circuit" en famille dans 3 pays.
    J'en ai récemment parlé à une connaissance, et quand je lui ai dit ça, elle m'a dit que c'était quelque chose de précieux qui n'était pas donné à tout le monde et qu'il fallait que j'en profite et que je l'exploite (on parlait du fait que je souhaitais depuis plusieurs années m'installer et travailler à l'étranger). J'ai toujours adoré voyager en train, je trouve que c'est apaisant et en même temps on se sent un peu en partance pour une colonie avec tous les gens qui nous entourent et voyagent avec nous. Je suis partie pour la toute première fois seule en avril dernier, je suis allée à Vienne (que je connaissais donc déjà un peu) et ça a été la meilleure expérience de ma vie. Je me sens tellement libre quand je voyage et là d'être seule, ça m'a permis de repousser mes limites, d'affronter certaines angoisses et finalement de me (re)découvrir. Et le plus étonnant c'est que moi aussi je suis plutôt introvertie. De nature réservée, on va dire. Je préfère que les gens viennent vers moi plutôt que ce soit moi qui ai à faire le premier pas. Même si de ce côté-là, j'ai aussi fait d'énormes progrès depuis mon voyage solo.
    Je t'avoue qu'il m'arrive souvent, si ce n'est à chaque fois, d'angoisser à l'idée de laisser ma chambre, mon cocon. Mais cette angoisse disparait à l'instant où j'arrive à destination (voire même avant).
    Comme le disait quelqu'un dans un précédent commentaire, ceux qui voyagent fuient peut-être quelque chose. En un sens oui. Je fuis parce-que je me sens pas bien là où je me trouve, je me sens emprisonnée. Je cherche l'indépendance, que je n'ai pas encore pu acquérir en un sens puisque je vis toujours chez mes parents. Voyager est pour moi une façon de fuir les soucis du quotidien, de rêver, de m'aérer l'esprit, de me cultiver, me ressourcer et pourquoi pas faire de jolies rencontres. Au final, on est tous plus ou moins frustré quand on compare nos vie à celles des autres. Le plus important est de se rendre compte de ce qui nous rend heureux et d'essayer de l'être au maximum. Alors suis tes envies, si tu as envie de voyager, fais-le, si tu penses que ce n'est pas encore le bon moment, contente-toi de petites escapades dans nos régions. Mais ne te mets pas la pression. Voilà, j'espère que mon message n'est pas trop brouillon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Cindy, non il n'est pas du tout brouillon au contraire ! Merci beaucoup pour ce message encourageant et très bienveillant.
      Tu me donnes trop envie de partir encore plus ! Les voyages en soit ne m'angoissent pas trop, au contraire ça m'attire. C'est le fait de ne pas partir qui m'angoisse justement, de pas en faire assez souvent ou assez loin. Ces fameuses "choses à voir avant de mourir". Je sais que ça me plaira. J'espère que, le moment venu, je ferai comme toi et je partirais aussi facilement !

      Supprimer
  13. Avant que je ne travaille et que je ne gagne vraiment un vrai salaire (hors stage ou alternance), je ne voyageais pas. Mes parents n'aiment pas vraiment ça. C'est vrai que j'aime beaucoup ça mais financièrement, il faut pouvoir gérer derrière et ça, malheureusement, peu importe à quel point tu aimes voyager, si les finances ne sont pas là... C'est l'une des principales raisons qui fait que plus jeune je ne voyageais pas en famille.
    Et puis bon, tu as 21 ans !! C'est comme le début de ta vie ^^
    Maintenant, j'ai un peu de mal avec les gens qui pensent que pour voyager il faut obligatoirement partir à l'autre bout du monde. J'ai découvert de magnifiques paysages en Europe, mais surtout en France ! Des fois, il suffit de quelques kilomètres pour être complètement dépaysé =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Céline,
      Qu'est-ce que ton message est positif ! Ça me fait beaucoup de bien de le lire.
      Je vois qu'on a plutôt eu la même expérience familiale et étudiante vis à vis du voyage.
      Oui, c'est vrai que je n'ai que 21 ans, il faut que j'apprenne à remettre les choses en perspective. Le truc c'est qu'on nous pousse à faire tellement de choses le plus tôt possible (et le champs des possibles s'est d'ailleurs ouvert et élargi) que ça m'a mis la pression !

      Concernant les destinations, je ne peux qu'être d'accord avec toi. Depuis que j'ai emménagé avec mon copain, nous avons essayé d'aller dans plusieurs endroits en France (avec lui j'ai connu La Bretagne - énorme, énorme coup de coeur - l'Alsace, nous sommes allés en Provence, etc.) et j'ai toujours été émerveillée par ces endroits. J'aimerais bien découvrir quelques pays d'Europe mais ça viendra en temps et en heure. :)

      Supprimer
  14. Je ne ressens pas cette culpabilité mais je vois très bien ce dont tu veux parler !
    Comme toi, j'ai déjà lu des dizaines de "une vie sans voyager ne vaut pas la peine d'être vécue", blablabla. Et j'ai souvent affaire à des "mais tu ne pars pas en vacances ?" parce que l'été, 9 fois sur 10, je reste chez moi.
    J'ai déjà quitté ma Belgique plusieurs fois et j'estime être veinarde par rapport à de nombreuses personnes mais je n'ai pas grandi dans une "culture du voyage" et, aujourd'hui, je ne peux m'empêcher de penser que l'argent dépenser dans un voyage s'envole très vite. Bien sûr, il en reste des souvenirs mémorables mais si j'investis le même argent dans ma maison, par exemple, j'en profiterai bien plus longtemps. Mon choix étonne souvent ceux qui partent en vacances plusieurs fois par an mais eh ! chacun fait ce qu'il veut :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, quand on ne grandit pas dans cette culture du voyage ce n'est pas évident de s'y trouver confronter. Pour moi l'argent investi ou dépensé en voyage ne me fait pas souci. Mais il faut l'avoir cet argent, avoir le temps, avoir ce déclic qui nous fait réserver !
      Et je trouve qu'il y a un réel mépris quant à rester chez soi, aimer sa maison et ne pas toujours avoir envie de bouger ou ne serait-ce que sortir. Je trouve ça dommage comme réflexion...

      Supprimer
  15. Coucou Cass ! C'est vrai qu'à notre époque les voyages sont plus accessibles, on peut acheter un billet pas trop cher pour n'importe quelle destination. Du coup, les personnes qui ne voyagent pas sont considérées comme des personnes qui ne profitent pas assez de la vie. Il m'arrive parfois de ressentir cette culpabilité car tous mes amis voyagent énormément et je ne peux pas toujours me joindre à eux (pour des raisons de temps ou d'argent). J'ai l'impression de passer à côté de quelque chose. Mais j'essaie de relativiser. Même si j'adore découvrir de nouveaux pays, je suis aussi très casanière. Par exemple, je sais que le voyage en sac à dos autour du monde ne me correspond pas. A l'inverse le voyage où l'on passe son temps à l'hôtel n'est pas non plus envisageable. Certaines personnes voyagent sans vraiment prendre le temps de découvrir le pays où ils sont. Il ne faut pas oublier que voyager est un privilège et pas une obligation. Je pense qu'il faut suivre ses envies et ses besoins pour être certain de vivre l'expérience à 100% Tu voyageras quand les bonnes conditions seront réunies pour toi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Emelina ! Merci d'avoir pris le temps de m'écrire !
      C'est vraiment cette impression de "passer à côté de quelque chose" en fait qui est omniprésente, en effet.
      Pour cette histoire de voyage en sac à dos, j'en rêve. Mais je pense que je ne tiendrais pas longtemps. Et idem, le voyage Club Med ne me convient pas du tout pour le coup. Je ne refuse pas des vacances en bord de plage, mais il me faut autre chose à côté je pense.. :)
      En tout cas comme beaucoup me l'ont dit, je n'ai que vingt-et-un ans alors tout va bien -^^-

      Supprimer
  16. En voilà un billet qui étonne le lecteur de passage que je suis (et qui du coup reviendra sûrement) !
    Quelle belle impression que de rêvasser aux plages de sable blanc, au roulement d'une vieille locomotive, aux écrans d'un terminal d'aéroport, aux grincement des sangles d'un sac à dos... Merci aux Cendrars, London et autres Vernes pour ces magnifiques destins et destinations mais (foutu "mais" !) je me suis rendu compte que je préfère souvent les images qu'il y a dans ma tête plutôt que celles qu'il y a derrière la fenêtre. Au mal-être de na pas voyager je préfère celui de trop voyager par la pensée, au point de m'imaginer des aventures et des paysages seuls, au pied de mon radiateur, un verre de whisky à la main. Pourquoi aller plus loin ? Là-bas il n'y aura ni mon plaid, ni mon vieux tourne disque, ni mon fauteuil défoncé par le temps. Entre nous... Les voyages, c'est surfait ! (Flûte ! Mon p'tit côté provocateur ressort..)

    Je connais même un type qui extirpe de son obscure ruelle de faux carnets de voyages. Ceux de Cook et de Mike Horn sont bien ternes à côté des siens.. pourtant, il n'a jamais dépassé le Lidle du bout de la rue.

    J'ai déja bien roulé ma bosse à la force de mes guiboles. Mais franchement, à part les gens, le reste, on le vit très bien chez sois. (Vlan ! Retour de la provoc'!)

    La bise.

    RépondreSupprimer
  17. Coucou Cassandra,

    Je prends enfin le temps de lire ton article (qui, je le savais d'avance, aller me plaire). Je comprends ta culpabilité car je la partage. Pourtant, j'ai eu la chance de partir à l'étranger (que ce soit avec ma famille ou seule), et j'ai également vécu quatre mois au Royaume-Uni, grâce à un échange Erasmus. Mais je rêve de faire bien plus, de découvrir d'autres pays et d'autres villes en France. J'en ai terriblement envie, mais l'argent me pose problème. C'est affreusement frustrant. Et si je suis déjà allée dans de grandes capitales, je ne suis jamais allée à Paris. Pourtant, c'est bien connu, tout le monde connaît cette ville. C'est un peu gênant quand j'avoue n'avoir jamais posé les pieds là-bas, ça étonne toujours les gens. Je pense sincèrement que les personnes qui te font des remarques sur ton voyage là-bas ont tort : un voyage reste un voyage, une découverte, que ce soit dans la ville d'à côté ou celle à 5000km de chez toi. Sachant qu'en plus, si tu n'es déjà pas à l'aise à l'idée de quitter ton cocon, c'est une bien belle étape de franchie. Et comme tu dis si bien, on est encore jeune...

    J'ai hâte de lire ton prochain article sur l'introversion (cette fois-ci, j'essayerais de ne pas arriver trente ans après la guerre ahah) et en attendant, je te souhaite de passer une très belle semaine. :)

    Servanille

    RépondreSupprimer
  18. Complètement! Je vis à l'étranger alors on pourrait croire que c'est un voyage en soi mais c'est bien différent. Un peu plus agée que toi mes ami-e-s ont tous beaucoup voyagé, moi très peu. Par manque de moyens tout d'abord puis ensuite par autres priorités (rapport au manque de moyen précédent, bof envie de claquer toute ma paye dans des voyages pour etre a sec après)... Et cette culpabilité pèse vraiment. Merci d'avoir mis des mots dessus :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vivre à l'étranger fait partie des ces choses que j'aimerais faire avant mes trente ans.. Mais oui ça doit être bien différent du voyage.
      Je n'avais pas pensé qu'une fois que tu as l'argent, c'est tout autant difficile d'y passer toute sa paie sans pouvoir être bien autour. C'est culpabilisant parce que partout autour de nous on nous assène qu'on a qu'une seule vie et qu'il faut la vivre à 100 à l'heure. Je ressens pareil quand parfois je n'ai pas très envie de sortir, et qu'une bonne soirée chez moi me fait parfois un peu plus plaisir... :)

      Supprimer